Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 17:22

 

http://endjetsesfolies.e.n.pic.centerblog.net/ezezln4p.gif

C’est un amour qui m’évade

Comme midinette en escapade

C’est un amour à l’état brut

Qui m’élève vers les sommets abrupts

C’est un amour qui carapate

Jusqu’aux plateaux où la lumière se réfracte

 C’est un amour qui nous contemple

Dans un espace toujours plus ample

C’est un amour juste limpide

Qui dévale les pentes intrépides

C’est un amour deltaplane

Qui se fout éperdument du vide où il plane

 C’est un amour en liberté

Avec ce rien d’animalité

C’est un amour qui nous protège

Qui ne se joue qu’en arpèges

C’est l’amour immortel

 

L’irrationnel sentiment éternel.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans Ma poésie
commenter cet article

commentaires

nomad 03/10/2013 23:36


L'amour idéalisé, est-ce la graal?


Poétiquement

Marianne 05/10/2013 21:30



Bonjour Nomad,


l'amour idéalisé, exprimé en poésie, a sans doute quelque chose d'inatteignable (comme le Graal) mais aussi c'est dépeindre des instants de grâce que l'on vit
avec ampleur au fond de soi. En cela il incite d'autres âmes à prolonger cette onde et à la propager, pour un monde plus en harmonie.


Je vous remercie d'être venu me visiter.


 


Poétiquement en retour.



Jacqueline Cors 23/10/2012 19:44


Bonsoir, j'aime beaucoup votre poésie, votre site était à l'honneur en octobre que ma page index.


A bientôt.

Marianne 29/10/2012 15:36



Bonjour Jacqueline.


je suis touchée d'être honorée par une distinction toute spontanée de votre part. Je vous remercie beaucoup pour celle-ci. Provoquer un coup de coeur à travers les mots, démontre que des liens
peuvent naître du langage sans même jamais se connaître.


La main sur mon coeur à moi, merci beaucoup.


Je prends le chemin de votre blog pour vous découvrir.


A tout de suite.



Jean Paul 28/12/2011 21:14


Ca fait longtemps que je ne suis pas allé sur votre site, alors je le lis a rebours !
Et je m'arrête sur votre poème, qui m'a ravi et surpris aussi ...
Parce que je voulais commenter depuis un moment votre article sur Gourdon et sa région, que vous m'évoquez maintenant ...
En me promenant un jour sur le plateau qui surplombe le village, près de la crête, j'ai vu surgir dans la pente -vision insolite- deux piétons chargés chacun d'un gros sac. J'ai reconnu l'un
deux, un copain perdu de vue depuis des années ! Ils ont sorti du sac et déplié chacun leur grande voile.
Ils n'ont pas eu besoin de courir, mais l'un après l'autre, juste inviter dans un bruissement leur grande aile a prendre l'air au dessus d'eux, se tourner vers le vide et faire un pas en avant
...
Après quelques passages et un dernier signe de la main, ils sont allé rejoindre les autres parapentes et deltaplanes qui virevoltaient au dessus du village.
Nous étions presque avec eux, entre le village a nos pieds, et les petites taches taquinant le soleil ...
C'est vrai qu'il y a de l'amour dans des choses commes celles cis, l'amour de la vie au moins !

Marianne 30/12/2011 14:58



Toujours un plaisir de vous voir entrer ici, Jean-Paul !


Ah ! Gourdon, quel adorable village ! Je suis tombée immédiatement sous son charme. Chaque fois que je prends le chemin de la région,  je tiens à y retourner. Il a gardé quelque chose
d'authentique et de ravissant. C'est plutôt extraordinaire ce que vous m'en rapportez au sujet de votre copain perdu de vue qui survolait d'une manière aussi sereine les pentes gorgées
d'ensoleillement de ce petit village. Cela me fait rêver.


A quoi est-ce dû que nous soyons si spontanément en communion avec tout ce qui porte des ailes, sinon au rêve, justement ? L'envol est un moment si haletant et quand on regarde tournoyer dans les
airs ce qui porte des ailes, on dirait que notre respiration les accompagne.


Merci pour votre fidélité Jean-Paul et pour ce joli partage en ces dernières heures de l'année.


Je vous souhaite de vivre encore plein d'aussi belles expériences en 2012 !  :-)


Amicalement.



Viviane 05/12/2011 09:56


Ton poème plein d'enthousiasme donne à voir ces multiples dimensions de l'amour, au point que l'on se demande parfois si ce sont les instincts de la Terre ou la sérénité du ciel qui
l'inspirent...

Marianne 10/12/2011 16:58



s'il inspire ceux qui le lisent et leur rappelle les transports de l'amour, pour le donner plus loin dans leurs propres inspirations, c'est déjà joyeux pour moi !



marie poupée 04/12/2011 08:24


Je suis sur un nuage en lisant tes vers ! C'est magnifique et tellement bien imagé !


Douce journée Marianne

Marianne 06/12/2011 17:56



Vraiment, tu es transportée ? Si tu savais comme ça me fait plaisir de l'entendre ! Savoir qu'on peut enclencher un tel effet juste par des mots, c'est tout simplement magique.