Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

29 juin 2006 4 29 /06 /juin /2006 22:21

Elles sont là, par couples, douilletement installées dans leurs nids de branchages débordant sur les cheminées du Pavillon Joséphine du Parc de l'Orangerie, où j'ai trouvé un bel havre de plénitude sous le soleil estival pendant l'heure du déjeuner.

Elles sont magnifiques dans leurs corps allongés. Je les regarde évoluer,  virevolter en grands cercles, de circonférence de plus en plus agrandie, tout là-haut dans le ciel, puis revenir, précisément sur leur nid, sans se casser la figure ! Enfin le bec ! En repliant leurs grandes ailes encombrantes et pourtant si puissantes.

Fièrement, elles renversent la tête en arrière, pliant leur cou en U  pour faire entendre leur claquètement.

En écho, derrière moi, une autre cigogne reprend l'attitude, juchée pour sa part sur le sommet d'un arbre coupé où trône son nid à elle.

Et voilà que c'est en stéréo naturelle qu'elles font leur cour chacune de leur côté  ! 

Je profite du spectacle, muette, et je me dis que c'est un instant de grâce qui m'est offert. Les cigognes quittent l'Alsace en hiver. Plus toutes car elles s'acclimatent. Ou peut-être bien les force-t-on à rester ?

Seront-elles là cet hiver, celles-ci, qui me distraient entre deux coups de dents dans mon sandwich ?

Et quel plaisir de les voir, gracieuses, dodeliner du cou, se promener sur le gazon, passant devant moi comme un promeneur solitaire, en  m'ignorant superbement ! 

Repost 0
2 juin 2006 5 02 /06 /juin /2006 13:54

 

 

Ce que nous voulons devenir est encore si loin de ce que nous sommes.

Nos connaissances sont limitées, nous limitent.

Et nous sommes très loin de connaître nos limites !

Garde ton regard toujours loin devant.

Apprends chaque jour inlassablement.

 

 

 

 

 

Repost 0