Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 15:03

Samedi Saint... Jour d'attente silencieuse. Nous contemplons encore bien des années plus tard l'histoire de Jésus Christ. Son parcours, ses messages parfois difficiles à comprendre ou à accepter, ses souffrances, sa peur face à la mort (suant son sang, faiblissant un instant en demandant au Père d'éloigner cette coupe), son immense solitude alors qu'il fut pourtant entouré et adulé, la trahison  par intérêt et l'abandon par ses amis. Trois jours plus tard, son corps avait disparu du tombeau et l'espérance avait resurgi car on se souvint alors de ses promesses et certains le virent apparaître devant leurs yeux.

Mais pourquoi donc Dieu avait-il attendu trois jours ? Pourquoi n'a-t-il pas été plus "spectaculaire" en élevant Jésus devant la face du monde entier, là tout de suite après sa mort. Tout le monde était rassemblé et les témoins auraient été de toutes origines. Ils auraient ensuite répandu la nouvelle aussi vite que nous échangeons des mails aujourd'hui (enfin presque !). Jésus aurait été réhabilité de manière légitime et le monde aurait été davantage convaincu.  "Celui-ci est mon Fils Bien Aimé" et Dieu aurait pu ajouter "et voici que je vous le prouve"... Comme une star... Jésus serait monté alors au ciel...

Bon, visiblement, le spectaculaire n'était pas ce que Dieu recherchait. Il voulait que nous soyons convaincus sans ce côté sensationnel. Pas de star système !

L'imminence du Sabbat n'explique pas tout dans ce délai de trois jours. Il doit y avoir une raison à celui-ci... Les voies de Dieu...

Je vous laisse retourner à vos propres réflexions.

Mais avant, permettez-moi de vous souhaiter de joyeuses et belles fêtes de Pâques dans le renouveau, l'espérance, la joie, la douceur d'un printemps dont ce magnolia ci-dessous est un magnifique symbole.

Repost 0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 14:45

Il n'est pas dans mes habitudes de publier dans ce Blog deux notes dans la même journée. Cette fois, pourtant, je le fais par coup de coeur.

Jacques SALOME dont j'ai lu plusieurs livres déjà qui m'ont tous touchés, présente son dernier livre sur le site suivant : 

http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/

Bien plus que vous annoncer la sortie d'un livre, dont vous entendrez forcément parler, je vous invite à vous installer et à vous prendre le temps, vraiment le temps, d'aller écouter les 3 Podcasts édités par ce site. Allez l'écouter, et je vous promets que vous n'aurez pas perdu votre temps aujourd'hui. Au contraire, vous en aurez beaucoup gagné, non pas celui qu'on compte en numéraire, mais celui si indispensable pour accéder aux autres et à vous-même !

Et revenez m'en parler ensuite, si vous le souhaitez...

Repost 0
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 13:45

Gagner sa vie... 

Je songeais à cette expression hier plus particulièrement que d'habitude. Pourquoi dit-on gagner sa vie ?

Comme si nous n'avions pas encore de vie avant de décrocher ce job, cette rémunération, cette position sociale... Comme si ce gain était une naissance et que n'étions pas vivants auparavant.

Ne l'avons-nous pas reçue dès le premier jour de notre venue au monde, la vie ?

Nous avons perdu des gens que nous aimions, oui. Ceux-là ont perdu leur vie. Et visiblement, une fois la vie perdue, "game over"... Impossible de la retrouver.

Non, la vie n'est pas un jeu. Elle ne se gagne pas. Mais elle se perd et de mille manières.

Veillez donc à prendre soin de votre vie car elle est unique et nous n'en avons qu'une !

Repost 0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 15:48

 

A la suite du commentaire déposé au bas de mon texte "Pourquoi toi" illustré par un montage photo de Lina, découverte au hasard de mes navigations sur le net, celle-ci est venue déposer quelques lignes personnelles sur mon blog (merci de sa contribution). J'ai visité plus longuement le sien : http://visages-interieurs.over-blog.com (image ci-dessus issue de son blog).  Allez donc admirer ses peintures ; elles sont interpellantes, colorées, contrastées, lumineuses.

J'ai cliqué sur ses liens favoris (merci de m'avoir portée dans ceux-ci !) et notamment sur celui de Babiche (http://mon.chemin.over-blog.com/ . Un autre joyau que je découvre  là-dessous ! 

Parfois, je ne regrette vraiment pas de faire confiance au hasard.  Il m'épate ce jour encore !

J'ai lu sur le blog de Babiche, qui a une plume d'une subtile poésie, cette citation que je vous partage. Une pensée bien peu commune d'un auteur français :

Aimer quelqu'un, c'est le dépouiller de son âme, et c'est lui apprendre ainsi - dans ce rapt - combien son âme est grande, inépuisable et claire. Nous souffrons tous de cela : de ne pas être assez volés. Nous souffrons des forces qui sont en nous et que personne ne sait piller, pour nous les faire découvrir".      Christian Bobin, Lettres D'or.

J'en suis encore à réfléchir à tout son sens et j'ai l'impression que voilà une phrase qui va me hanter un moment. Bien envie de trouver le livre d'où elle est extraite pour en mesurer et en comprendre toute la dimension !

Pour en savoir plus sur cet auteur  :

http://www.radiofrance.fr/liredanslenoir/prisonnier.php

http://perso.orange.fr/mondalire/bobin.htm

http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=352

 

Merci à Lina et Babiche pour toutes ces belles découvertes faites en ce jour.
 

Repost 0
27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 17:27

  

 Source dessin : http://lierre2lierre.sport24.com/8.php

Quelqu'un qu'on ignore,

Et c'est comme une porte qui claque.

 

Quelqu'un qu'on oublie,

Et c'est comme des yeux qui supplient.

 

Quelqu'un qui perd espoir,

Et c'est comme un violon qui se tait.

 

Quelqu'un qui part,

Et c'est comme un arbre qui tombe.

 

Quelqu'un dans le chagrin,

Et c'est comme une minute de silence.

 

Quelqu'un qui ne rêve plus,

Et c'est comme une terre qui se craquèle.

 

Quelqu'un mal jugé,

Et c'est comme une lettre qu'on brûle.

 

Quelqu'un qu'on déçoit,

Et c'est comme une main qui oublie de caresser.

 

Quelqu'un qu'on offense,

Et c'est comme une blessure qui perdure.

 

Deux êtres en discorde,

Et c'est comme les murs d'une prison.

 

 

Repost 0
10 septembre 2006 7 10 /09 /septembre /2006 11:03

 

 http://www.artemis-artist.com/html/fr/oeuvre.3.html

(ceci est un clin d'oeil à quelqu'un que j'apprécie, depuis un bon moment déjà témoin de ma vie)

---------

En ce moment, j'en veux  un peu à la vie...

La vie qui accable mes amis de maladie. La vie qui trop vite vieillit nos corps, qui éprouve les amours et les amitiés, qui me vole un boulot sous le nez, et qui me dit pourtant : "Effata" ( "Ouvre-toi") à travers la méditation qui vient de me parvenir, comme pour venir me chercher.

C'est la seconde fois qu'elle m'adresse ce message, la vie. Elle me l'a déjà dit l'an dernier. Aussi, me voici à m'interroger, moi qui appartiens à ceux qui pensent que rien n'arrive jamais par hasard et que les choses convergent souvent vers un but précis, même si ce but est invisible à nos yeux.

On ne deale pas avec la vie. Elle ne nous ménage pas, c'est vrai. Il vaut donc mieux s'asseoir et écouter ce qu'elle veut nous faire comprendre. Car, non contente d'être parfois cinglante, elle est en plus insistante ! Bien heureusement pour nous, car ce faisant, elle nous accorde une nouvelle chance de l'entendre.

"Effata !" Dans la méditation, cet ordre était donné en vue de la guérison d'un sourd muet. (Marc 7, V 31 à 37).

Ceci m'est-il applicable ? De quoi suis-je sourde ou muette, voire les deux à la fois ?

Pour la parole, peut-être suis-je trop muette sur mes émotions. Je n'ai pas l'habitude de les dévoiler, sauf à de rares intimes.

Je lis régulièrement les blogs d'autres personnes et suis souvent émue par leur sincérité et leurs témoignages. Ils m'éclairent bien souvent sur la vie, les relations entre les personnes, les possibilités infinies dont on dispose en soi, la diversité de ce monde. Ils me parlent de leur courage, de leurs batailles et victoires quotidiennes, de leur manière de voir ou d'appréhender les choses. Ils sont si proches de moi aussi dans leurs préoccupations. Sans le savoir, ils m'apportent beaucoup.

Alors, puisqu'il est important de se dire, pour la première fois sur ce blog qui n'a rien d'un journal intime, je viens vous partager ces pensées intérieures qui peuvent quelquefois se bousculer en moi.

Cela me donne l'occasion de suivre au moins cette recommandation d'ouverture. 

J'aime beaucoup le son de ce mot :  "Effata".  Allez savoir pourquoi, il me fait penser à une espèce de formule magique. Bien que sa calligraphie ressemble à Effacer, c'est pourtant bien autre chose qu'il m'évoque en y songeant. Il me parle plutôt de confiance. En l'autre, en soi. Il me recommande : "laisse-toi atteindre".

Savez-vous ce que j'ai écrit un 14/8/6 qui est resté au fond de mon ordinateur et qui subitement me revient ici ? Je vous le livre :

Se laisser atteindre 

Le plus envoûtant des savoir-faire

C’est de se laisser faire

De trouver beau de pouvoir ceindre

Sans jamais feindre

Le plus déroutant des savoir-faire

C’est de se laisser faire

En acceptant de se laisser rejoindre

Sans pour autant s’éteindre

Le plus bouleversant des savoir-faire

C’est de se laisser faire

C’est consentir à se laisser atteindre

Sans jamais craindre

Le plus émouvant des savoir-faire

C’est de ses armes se défaire

Pour permettre à la vie

De t’étonner à l’infini.  

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 13:57

Aujourd'hui, j'ai enrichi mon vocabulaire au hasard d'une  navigation sur internet :

la métoposcopie

Voici le lien du site :http://www.acadie.net/modulacadie/contenu.cfm?identification=6166

Vous le saviez-vous, qu'il est possible de prédire la destinée d'une personne en observant la position de ses grains de beauté ?

Repost 0
31 août 2006 4 31 /08 /août /2006 15:17

L'éphèmère féminin fricote avec la fugace fragilité, cherche son identité dans son déferlement d'émotions souvent contradictoires.

A l'évidence, c'est aux sons de ses silences, au sein de ses errances, qu'elle interroge l'éternité pour contrer des espoirs étouffés.

Au lancinent désir de trouver qui elle est, en perpétuelle mouvance, elle s'affranchit des contraintes du monde, abandonne au vent la vertigineuse conscience de son corps, glisse sur le temps en ignorant la mort, sourire aux lèvres elle répand son chant d'amour d'un bout à l'autre du monde.

 

Repost 0
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 13:35
 
 
 
                                   An 2050...
                                      En 2050, tarissement du pétrole
                                      L'or noir n'aura plus cours
                                      En 2050, l'oiseau-lyre à l'école
                                      Plumera les éoliennes de nos cours
                                      En 2050, plus d'ailes aux moulins
                                      En 2050, plus d'eau, plus de pain
                                      Et la mer, et la mer
                                      Aura rogné la terre.
                                                                                                                              18/08/2006
 
Repost 0
16 juillet 2006 7 16 /07 /juillet /2006 14:44

Rien n’arrive jamais par hasard à mon avis
Tout comme la lettre d’un ami
Toutes choses qui nous surviennent
Sont des appels qui nous parviennent.

Chaque personne qui croise notre chemin
Est un trésor posé entre nos mains
Et chaque épreuve qui surgit
Est une chance pour changer nos vies.

L’indifférence, les moqueries, l’opposition, l’hostilité
N’auront jamais raison de la générosité
Et ne remplaceront jamais la fidélité
D’un cœur loyal et dévoué.

Poser des gestes dans l’ombre
Avec humilité, sans plus y réfléchir
Rend souvent les âmes moins sombres
Et fait parfois un cœur fermé fléchir.

Pour savoir où te rendre, reste toujours qui tu es
N’oublie jamais de remercier
Ni que nous sommes chacun un exemple pour un autre
Chacun… « un ange pour un autre ».

Écrit le 16 juillet 2006

 

Repost 0