Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 22:13
   
 

 "L'accomplissement de soi est un processus d'élargissement de la conscience et de renoncement.
 En effet, en évoluant, votre conscience prend en compte de nouveaux paramètres qui, inévitablement, génèrent un mouvement au sein de votre esprit qui "reconfigure" en quelque sorte votre manière d'apprécier la réalité.
De fait, vous abandonnez vos vieilles idées pour laisser place aux nouvelles, à une perception plus neuve de la réalité. Vous renoncez à certains modes de fonctionnement parce qu'ils sont devenus caducs pour vous. En d'autres termes, votre mental se déstructure et se restructure en permanence."

 
(Bruno LALLEMENT - Comment utiliser pleinement votre potentiel - Le courrier du livre).


http://www.psychotherapeutes.net/pyramide-de-maslow.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pyramide_des_besoins_de_Maslow

Repost 0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 15:23

Cette année, Jennifer, ma fille passe son Bac, série Littéraire.

Hier, ce fut donc le grand jour pour la Philosophie (et pour la Littérature).

Pour la Philosophie, 3 sujets furent proposés au choix du candidat  :

1- l'objectivité de l'histoire suppose-t-elle l'impartialité de l'historien ?

2- le langage trahit-il la pensée ?

3- explication de texte (la doctrice de l'auteur n'était pas requise.  Il fallait et suffisait que l'explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question).

C'est ce dernier choix qu'a opéré Jennifer.

Je vous en partage, pour réflexion, le texte ci-dessous :

" Il n'y a pas de satisfaction qui d'elle-même et comme de son propre mouvement vienne à nous ; il faut qu'elle soit la satisfaction d'un désir. Le désir, en effet, la privation, est la condition préliminaire de toute jouissance. Or avec la satisfaction cesse le désir et par conséquent la jouissance aussi. Donc la satisfaction, le contentement, ne sauraient être qu'une délivrance à l'égard d'une douleur, d'un besoin ; sous ce nom, il ne faut pas entendre en effet seulement la souffrance effective, visible, mais toute espèce de désir qui, par son importunité, trouble notre repos, et même cet ennui qui tue, qui nous fait de l'existence un fardeau. Or c'est une entreprise difficile d'obtenir, de conquérir un bien quelconque ; pas d'objet qui ne soit séparé de nous par des difficultés, des travaux sans fin ; sur la route, à chaque pas, surgissent des obstacles. Et la conquête une fois faite, l'objet atteint, qu'a-t-on gagné ? Rien assurément, que de s'être délivré de quelque souffrance, de quelque désir, d'être revenu à l'état où l'on se trouvait avant l'apparition de ce désir. Le fait immédiat pour nous, c'est le besoin tout seul c'est-à-dire la douleur. Pour la satisfaction et la jouissance, nous ne pouvons les connaître qu'indirectement ; il nous faut faire appel au souvenir de la souffrance, de la privation passée, qu'elles ont chassées tout d'abord. Voilà pourquoi les biens, les avantages qui sont actuellement en notre possession, nous n'en avons pas une vraie conscience, nous ne les apprécions pas ; il nous semble qu'il n'en pouvait être autrement ; et, en effet, tout le bonheur qu'ils nous donnent, c'est d'écarter de nous certaines souffrances. Il faut les perdre pour en sentir le prix ; le manque, la privation, la douleur, voilà la chose positive, et qui sans intermédiaire s'offre à nous".

SCHOPENHAUER, Le monde comme volonté et comme représentation.

---------------

A mes amis bloggeurs :
Que vous inspire ce texte ? Partagez-vous les constats de l'auteur ?
Selon votre vécu, deux siècles plus tard, contesteriez-vous ceux-ci à l'auteur ?
Auriez-vous choisi vous aussi ce sujet ?
...


-----------------


« La volonté singulière d'un individu n'a qu'une existence illusoire, elle est de toutes parts immergée dans le jeu infini et absurde d'une réalité qui la dépasse et finit par la détruire ».
(Schopenhauer)

"La souffrance (vu sur WIKIPEDIA)
Le comportement des animaux et des hommes, qui sont les objectivations supérieures de la Volonté dans les strates de l'existence, est entièrement régi par la fuite de la souffrance, qui, comme idiosyncrasie, est perçue, in fine, positivement. Les plaisirs ne sont que des illusions fugaces, des apaisements possibles au creux des désirs et tracas ininterrompus. Ils n’apparaissent qu’en contraste avec un état de souffrance, et ne constituent pas une donnée palpable réellement pour les êtres en mouvement. Le bonheur, toujours fugace, peut constituer un repos de l’esprit mais reste un repos éphémère, puisqu'il est sans cesse troublé par l'apparition de nouveaux désirs, lesquels, s'ils restent inassouvis, constituent un obstacle au bonheur. Parce que tous les êtres souffrent, la souffrance est la vérité commune aux êtres qui constituent le monde, et une vérité psychologique et archétypique de la condition humaine."

"Le sentiment amoureux (vu sur WIKIPEDIA)
Le sentiment amoureux n’est autre chose que l’instinct sexuel en puissance ; et l’instinct sexuel traduit la tendance concrète du Vouloir à se perpétuer dans l’existence. C’est dire que la passion amoureuse désigne cette ruse que le Vouloir applique à des êtres dont les intérêts conscients sont uniquement égoïstes. C’est ainsi que je vais me croire libre de rechercher à la fois la compagnie de l’être aimé et la satisfaction engendrée par la jouissance sexuelle, alors qu’en réalité, par une telle attitude, je me constitue en esclave du Vouloir et de son intérêt primordial : sa manifestation phénoménale. Avoir l’illusion de servir ses intérêts privés, c’est donc assurer la subsistance du Vouloir auquel je suis soumis."

Repost 0
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 17:53

               1828, Johann Wolfgang von Goethe
               par STIELER, Karl Joseph (Allemagne, 1781-1858)

               vu sur  http://www.almaleh.com/ecriture/inscriptions/stieler.jpg


"La vie humaine est un songe : d'autres l'ont dit avant moi, mais cette idée me suit partout. Quand je considère les bornes étroites dans lesquelles sont circonscrites les facultés de l'homme, son activité et son intelligence ; quand je vois que nous épuisons toutes nos forces à satisfaire des besoins, et que ces besoins ne tendent qu'à prolonger notre misérable existence ; que notre tranquillité sur certaines questions qui nous tenaient à coeur n'est qu'une rêverie résignée, semblable à celle des prisonniers qui auraient couvert de peintures variées et de riantes perspectives les murs de leurs cachot ; tout cela, mon ami, me rend muet. Je rentre en moi-même, et j'y trouve un monde, mais plutôt en pressentiments et en sombres désirs qu'en réalités et en action ; et alors tout vacille devant moi, et je souris, et je m'enfonce plus avant dans l'univers en rêvant toujours.
Que chez les enfants tout soit irréflexion, c'est ce que tous nos doctes pédagogues et gouverneurs ne cessent de répéter. Mais que les hommes faits soient de grands enfants qui, d'un pas mal assuré, errent sur ce globe, sans savoir non plus d'où ils viennent et où ils vont ; qu'ils n'aient point de but plus certains dans leurs actions, et qu'on les gourverne de même avec du biscuit, des gâteaux et des verges, c'est ce que personne ne voudra croire ; et, à mon avis, il n'est point de vérité plus palpable..."

(GOETHE - Les Souffrances du jeune Werther - lettre du 22 mai)



Repost 0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 21:29
 
                                                   INSPIRATION - Jean Honoré FRAGONARD




 "Qu'est-ce que l'inspiration ?
 C'est d'avoir une seule chose à dire, que l'on n'est pas fatigué de dire"
 (Jean PAULHAN - Notes)

 "Le génie est fait d'un pour cent d'inspiration et de quatre-vingt-dix-neuf pour cent de transpiration"
 (Thomas EDISON - interview dans "Life")

 'Il n'y a pas d'éternité dans le regard de l'homme, et encore moins dans celui du poète
qui regarde l'homme. Car l'artiste est celui qui inspire plutôt que celui qui est inspiré"
 (André CARPENTIER - Du pain des oiseaux)

 "Les grands hommes, les génies, les saints, n'ont fait de grandes choses que parce qu'ils étaient inspirés par un grand idéal. On a besoin d'accrocher sa charrue aux étoiles"
 (Ralph Waldo EMERSON)

 "La grandeur des actions humaines se mesure à l'inspiration qui les fait naître"
 (Louis PASTEUR)


                                                                               Soyez inspirés vous tous aussi !


Repost 0
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 14:02
 



AMOUREUX
"Etre amoureux, c'est un état complexe fait d'attente à l'égard de l'échange continu de certains dons. Ces dons peuvent aller du simple coup d'oeil au don total de sa personne. Mais les dons sont les dons : on ne peut pas les réclamer. On n'a aucun droit quand on aime, sauf celui d'attendre ce que l'autre souhaite donner".




ECRIS... PARLE...
"Ecris ce que tu veux. Vérité ou mensonge, peu importe. Parle, mais parle avec tendresse, car c'est tout ce que tu peux faire pour aider un peu. Construis une barricade de mots, peu importe ce qu'ils signifient. Parle de sorte qu'ils prennent conscience de ta présence. Parle pour qu'ils sachent que tu es là, toi qui ne ressens pas sa douleur. Dis ce que tu veux, car sa douleur est plus grande que toute distinction que tu pourrais faire entre le vrai et le faux. Passe-le avec les mots de ta voix comme d'autres pansent leurs blessures. Oui. Ici et maintenant. Cela s'arrêtera...
Ce qui importe c'est de ne pas être mort"...

-----

Auteur de ces deux citations :
John BERGER - G. - Signatures Point


Repost 0
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 06:47
Voici une citation qui m'a été offerte par Viviane en réaction au post précédent (merci à toi d'être fidèle et si souvent apporteuse de nouveautés en menant plus loin les pas entamés ! ) :

" Ce qui fait le caractère affectif de la durée, la joie ou la douleur d'être, c'est la proportion ou la disproportion des heures de vies consacrées comme heures de pensée ou comme heure de sympathie. La matière néglige d'être, la vie néglige de vivre, le coeur néglige d'aimer. (...) Et nous rêvons à une heure divine qui donnerait tout. Non pas l'heure pleine, mais l'heure complète. L'heure où tous les instants du temps seraient utilisés par la matière, l'heure où tous les instants de la matière seraient utilisés par la vie, l'heure où tous les instants vivants seraient sentis, aimés, pensés. "

Bachelard, l'Intuition de l'instant.
Repost 0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 21:00


« Cette nuit, comme tant d'autres, je ne dors pas. Je reviens en arrière et je repense à nous, à ce que nous aurions dû être, à ce que nous avons été. J'essaie de comprendre ce qui nous a poussés à agir comme nous l'avons fait. À quel moment la vie nous a donné le choix, et pourquoi nous l'avons dédaigné… »

Les Mains nues - Simonetta Greggio

 



"Matinal. L'être, preuve de moralité. Si l'on se couche à 4 heures du matin et qu'on se lève à 8, on est paresseux, mais si l'on se met au lit à 9 heures du soir pour en sortir le lendemain à 5, on est actif"
Gustave FLAUBERT - Dictionnaire des idées reçues.


"La vie est tout de même une chose bien curieuse... pour qui sait observer entre minuit et trois heures du matin"
Jacques PREVERT - Dialogue du film Quai des Brume


"Qu'en attente de ce qu'on aime une heure est fâcheuse à passer ... "
Pierre CORNEILLE -  La suivante


"On arrive en avance, à l'heure juste ou en retard selon qu'on aime, qu'on aime encore ou qu'on n'aime plus"
Diane de Beausacq


Le meilleur moyen de s'endormir est de s'imaginer qu'il est l'heure de se lever.
Groucho Marx
   





Repost 0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 22:18
 

 

VIVRE AU PRESENT
 

« Tenez ferme au présent. Toute circonstance, tout instant est de valeur infinie, car il est le représentant de toute une éternité. ».Goethe


"Une des conditions du “vivre dans le présent” n’est-elle pas que la pensée soit ‘au même endroit’ que le corps, ne s’en échappe pas vers un ailleurs qui n’existe déja plus ou pas encore ?"
Lu sur le site de Roméo & Juliette auxquels vont particulièrement mes pensées ce soir...

« N’oublie pas de vivre » (GOETHE)

_______________


                                       ................. ceux qui s'enfuit.....



Michel Jonasz - J'veux pas qu'tu t'en ailles Lyrics (extrait)

"Y a quelque chose qui cloche d'accord
Mais faut voir quoi
Sans s'énerver
Quelque chose est devenu moche et s'est cassé
Va savoir quand ?
Moi qui sais pas bien faire le thé
Qu'est-ce que je vais faire ?
C'est un détail
Mais
J'veux pas qu'tu t'en ailles
Pourquoi ?
Parce-que j'ai attendu beaucoup
Et que je t'ai cherchée partout..."


Repost 0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 18:06


 
 "Non, il ne faut rien expliquer, pensa-t-il, juste reconnaître dans l'autre 
  cet être étonnant qui dépasse infiniment ce qu'il a vécu et ce qu'il vit
  et ce qu'on voit de lui et ce que le monde fait de lui.
  Reconnaître et aimer cette part invisible..."

                                 (André MAKINE - extrait de "La vie d'un homme inconnu" - SEUIL) 

Repost 0