Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 19:56

 

 

  

source image : http://effetmer.centerblog.net/rub-le-romantisme.html

 

 

Elle a dit qu’elle aimerait rencontrer quelqu’un.  Rencontrer quelqu’un vraiment... Elle a dit qu’on n’était jamais sûr d’avoir vraiment rencontré. Elle a ajouté qu’elle cherchait encore, ça, elle le sentait bien quelque part. Même... [J’ai vu ses doigts qui se tordaient]. Même si elle avait déjà quelqu’un dans sa vie.

Elle a dit ces mots avec le regard qui s’en allait. Après, elle a continué à travailler et n’a plus parlé durant tout le reste de l’après-midi.

Je voulais poursuivre la conversation à la sortie de l’usine. Elle n’avait pas le temps. Elle devait rentrer. Il fallait qu’elle prépare le souper pour quand il rentrerait.

Je suis rentrée moi aussi. Ses paroles m’avaient comme évidée de l’intérieur. Je me suis sentie tout à coup cruellement seule.

Elle, au moins quelqu’un, viendrait la retrouver ce soir. Elle lui fera quelque chose de bon à manger pour quand il rentrera et ils bavarderont. Moi, personne ne viendra me rejoindre. Personne ne me parlera non plus.

Je me suis demandé comment c'était « rencontrer quelqu’un vraiment ». Je me demandais comment on le déterminait ce « vraiment ».

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans Microfiction
commenter cet article

commentaires

Sissi 04/04/2011 15:06



Ce texte me fait beaucoup penser à un livre que j'ai depuis que je suis ado et que je relis toujours avec autant de plaisir "Elise ou la vraie vie" Claire Etcherelli... Grande question de la
VRAIE rencontre, la VRAIE vie... c'est quoi ? D'ailleurs, y-a-t-il un modèle, un standard ?


Je ne crois pas, les rencontres comme LA rencontre, c'est nous qui le déterminons. Selon ce que l'on attend... Moi, je sais une chose parce que je l'ai vécu, je le vis encore et j'espère encore
le vivre... des rencontres y'en a plein la vie... il y en a une qui comptera plus (celle de l'homme de notre vie ou de la femme pour les messieurs). Pour les autres rencontres, il y en aura des
furtives qui ne veulent pas dire qu'elles ne marqueront pas, et il y a celles qui durent... de proximité ou grâce aux technologies... mais en tout cas, ce que j'en sais c'est que moi, je me
nourris de toutes ces rencontres, j'essaie de donner au maximum à ces personnes pour qu'un jour on puisse se dire, les uns et les autres, qu'on en a fait de belles rencontres.


J'aime beaucoup tes micro-fictions, c'est très chouette et ça amène à des échanges intéressants... continue, ça me plaît bien.


Je t'embrasse sans oublier de te dire ou redire je pense (sourire) que tu fais partie de ces rencontres qui marquent ma vie et que cette rose affichée pour l'anniversaire de ton blog, j'aurai pu
te l'offrir au début de notre rencontre alors je me rattrape, je t'offre celles-ci (photo personnelle).






Marianne 05/04/2011 09:14



une vraie rencontre a quelque chose de stupéfiant, quelque chose qui interpelle si fort que tout à coup le moi se sent fracassé d'éblouissement intérieur. Le besoin d'offrir, de rendre heureux
l'autre, de lui laisser place, ce n'est plus le souci de soi mais le souhait continu du Don, le mouvement vers l'extérieur pour trouver dans chaque instant la magie d'une complicité où la
tendresse prend la meilleure place.


Bon c'est un début de réflexion que je t'offre en ce matin, à la suite de ton témoignage.


Dans "Elise ou la vraie vie", oui on peut parler de rencontre véritable, exacerbée par ailleurs par l'injustice d'un racisme dénoncé par l'auteur.


Merci chaleureusement pour ces roses magnifiques ! Je suis une grande amoureuse des roses, tu sais. Il se passe toujours quelque chose en moi quand je les contemple. Une sorte de respect devant
leur beauté éphémère. Cela aussi, est une vraie rencontre...


Je promets de poursuivre les microfictions.  :-)


Je t'embrasse, belle Sissi !



liedich 04/04/2011 10:57



Touché. Chut.



liedich 04/04/2011 09:37



Ce vraiment ne nous appartient il pas Brillance ? N'en avons nous pas un que nous sommes seul à pouvoir construire ? Tu viens là de me donner un peu de tristesse. Drôle. Pourtant comme j'aimerais
que ce vraiment te caresse de l'immense flamme qui sommeille en Toi. 



Marianne 04/04/2011 10:17



Mon Liedich,


tu reviens comme le printemps ! J'en suis joyeuse.


Ami, quand j'écris une chanson, un poème, une fiction, même en disant "Je", c'est pour interpeler mes lecteurs, ouvrir à une réflexion, placer une situation qui n'est
pas obligatoirement la mienne (même si ça arrive quelquefois), me revêtir un instant du manteau d'un personnage pour raconter quelque chose, ou retransmettre en mots quelque chose que j'ai
saisi au vol ailleurs. Je me fais le vecteur de ce qui me saisit tout à coup.


Sois serein, des rencontres vraies, j'en ai vécues de très belles. J'en connais le bonheur qu'il délivre et je me fais un plaisir d'y retourner.


Je retourne toujours chez toi où par-delà la virtualité. Elle n'empêche pas les êtres de se rencontrer.


J'espère que ton âme se trouvera apaisée de ces informations.


Accepte mon accolade, comme on le fait quand revient devant sa porte un ami qu'on aime.



aimela 30/03/2011 13:45



Nous faisons  de nombreuses rencontres dans la vie  mais la "rencontre" celle qui nous apporte plus que tout le reste  n'est pas fréquente, rester à l'écoute de l'autre  est
le seul moyen d'y parvenir qu'on soit dans la même région ou à des milliers de kms maintenant nous avons  plein d'outils pour ça



Marianne 30/03/2011 20:41



la technologie favorise les rencontres en effet et j'en sais quelque chose !


D'ailleurs, dis donc, depuis combien de temps déjà nous suivons nous de part et d'autre ?


J'en profite pour te remercier de le faire fidèlement et pour ce que tu nous partage. A bientôt de te lire, Aimela la belle !


:-)



Roger 29/03/2011 16:46



En lisant ton texte, je me suis rappelé le film " Sur la route de madison " atmosphère d'une vraie rencontre, même si elle avait déja quelq'un; Je pense que rencontrer vraiment ne s'explique pas,
mais se ressent, cette rencontre échappe à tous les codes connus et c'est peut être aussi, rencontrer l'âme jumelle assortie à soi. Faire une vraie rencontre commence par être soi même vrai,
certainement difficile avec toutes les protections que nous édifiont autour de nous. Elle peut se faire sur un quai de gare, chacun abaisssant sa garde, puisque les trains à la fin partiront à
l'opposé l'un de l'autre. Rencontrer quelq'un VRAIMENT, c'est peut être ce que nous sommes en train de faire à travers ces quelques lignes.


Amitié Marianne


Bises


Roger



Marianne 29/03/2011 18:25



J'ai beaucoup aimé ce film dans lequel les acteurs avaient merveilleusement fait ressortir le désir et le sentiment non-dit d'une déchirure annoncée. Les images étaient très belles.


Ce petit texte inaugure une nouvelle catégorie sur mon blog : la microfiction, un genre que je n'avais pas encore écrit et qui pourtant colle bien au format numérique. De petites
histoires qui en amènent à d'autres.


Internet, du reste, tout comme les gares et les trains invitent à tant de voyages ; le lieu où l'on se rencontre au détours d'une conversation, où l'on se croise, se retrouve, où l'on arrive
et où l'on repart.


Par ton image, tu ajoutes une option à l'histoire : savoir qu'une rencontre véritable peut être courte et pourtant s'inscrire dans une dimension inconnue.


C'est gentil de l'avoir déposée.


Très belle soirée, Roger.