Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 12:26
   
 Il a lu trois mots déposés en commentaires par moi un soir sur son blog.
 Il en a fait ceci... et me l'a offert.
Le lendemain, dans ma boîte débordante de mails,
une pépite au milieu des ordures commerciales.
Il est ainsi Liedich, que je vous invite à mieux connaître en allant d'ici à chez
Lui


*****
Merci à toi, Liedich, Troubadour,
au grand coeur...
pour ce merveilleux texte illustrant avec originalité
mes 20 ans de mariage.

*****


« A ton bras mon vieux prince »,  je vais joindre ma vieillesse,

Et nous allons trembler de toute notre ainesse,

Puis nous nous souviendrons nos rides l’une contre l’autre,

Quand des folles chevauchées nous nous voulions apôtre.

 

Les glacis de la nuit monteront brume blanche,

Quand nos peaux tavelées qui  juste ornent notre hanche

Brûleront du dernier et plus fou des émois,

Quand du statut de Prince tu me seras un Roi.

 

Alors, en mille souffles et la  voie éraillée,

Je t’offrirai le sang de ma joie de l’aimée

Et mes yeux se perdront en nos cieux de l’hier.

 

Toi,  armoiries rouillées, d’un bien fier grincement,

Tu m’ouvriras les porters de notre firmament,

Au nom de notre hymen aux rimes de naguère.

 

 

Liedich le dix septième d’octobre 2009 ev







Partager cet article

Repost 0

commentaires

Viviane 04/11/2009 20:27


35 ans... Il m'a fêté mes 18 ans ;o)


05/11/2009 20:21



comme c'est mignon !  Je sens quand tu l'évoques parfois une belle tendresse.
Alors je vous souhaite d'ajouter de nombreuses bougies à votre union.



Roselyne 03/11/2009 19:57


Liedich est un homme formidable, un poète au grand coeur. C'est un très beau poème. Et, j'ai l'occasion de découvrir votre univers. Bonne soirée. Du fond du coeur.


04/11/2009 20:29


oui, absolument, je partage cette impression de bonté et d'humanité chez notre ami Liedich.
Il a bien du talent, ce Monsieur !
Et puis, cette générosité spontanée. Il m'a bien émue.

Je suis allée dans votre Jardin.... Il me semble que la maxime selon laquelle qui se ressemble s'assemble se vérifie une fois de plus. Ce grand moment avec cette personne âgée. Je vais vous déposer
un commentaire.
Soyez remerciée pour ce travail que vous faites pour ces personnes qui n'ont parfois plus que vous pour égayer leurs journées.
Je vous embrasse, pour votre grand coeur à vous aussi.


Viviane 03/11/2009 10:24


Délicieux ode aux sonorités antiques, moirées
à l'amour qui vieillit bien ensemble
et c'est si doux d'aimer le même choisi
toute une vie...


04/11/2009 20:20


Voilà de beaux compliments qui reviennent à Liedich.
Je le suis régulièrement, comme je te suis toi-même.
Combien d'années pour toi et Michel ?


Autobiographie 02/11/2009 23:32


Marianne! Mais je suis déjà venue vous rendre visite! Quel bonheur!
Merci pour votre commentaire et hbravo car vous êtes la seule a avoir deviné que présence de la mort dans le journal d'Ariane.
Je vous embrasse,
Gigri


04/11/2009 20:08


Elle m'a marquée par ses lignes, votre regrettée Ariane.
Jy ai repensé dans la journée d'aujourd'hui. L"émotion de lire tant de lucidité chez une adolescente...
Et puis tous ces cahiiers d'écriture. Elle avait beaucoup à dire. A se dire.
Moi, aussi, je vous embrasse.


Eglantine 02/11/2009 05:58


Je viens de chez Liedich découvrir ton blog. Un beau cadeau que ce poème pour ton anniversaire de mariage. J'aime beaucoup le tableau que tu as mis pour l'illustrer . A bientôt.


02/11/2009 20:40


Merci Eglantine. Je reviens de chez vous. Intéressée par vos témoignages, je vous ajoute dans mes liens pour suivre ce que vous deviendrez.