Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 21:26
 


«  Plus de place que dans le silence...  »

Le silence qui enfle et creuse le vide

Le silence qui repousse. Loin. Aux confins. Toujours plus loin.

Loin, jusqu’à se rendre inatteignable.

Là, les heures passent. Les journées passent.

Et les années passent.

Puis c’est au tour de la vie, de passer.

Et puis à la fin, vient l’heure de trépasser.

Et l’autre reste là dans le désarroi de son propre silence.

Il sent son cœur crever.

Il reste là avec ses regrets

De n’avoir pas avant… crevé l’abcès.

Et c’est alors, alors seulement que l’autre se sent si proche.

Mais c’est encore le silence.

Le silence de l’invisible.

Le silence définitif à la longue tourne au nuisible.

Alors il ne lui reste que la nuit.

La nuit  pour pleurer. En silence.

La nuit. Pour pleurer de l’absence.

Le silence n’est pas d’or.

Non, le silence, le silence nous place au-dehors.

Quand vous ouvrez la porte au silence,

C’est l’Autre que vous mettez dehors.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

liedich 13/11/2009 19:15


Juste un silence, un instant très fort pour Toi.
Désolé.


14/11/2009 14:39


Une formation prenante, des lectures en cours, des amis adorables, une famille pleine de vie, et le dimanche qui s'en vient.
T'inquiète, mon Ami, je vais bien !
(sourire)


Eglantine 12/11/2009 06:09


Merci pour tes quelques mots déposés sur mon site. Un très beau poème sur la solitude insupportable de celui qui reste..... de ces mots qu'on regrette de ne pas avoir dit et il est trop tard.


12/11/2009 21:24



La même solitude que ton très maquant solitaire de Sarlat ?



Viviane 10/11/2009 17:21


Le silence... Mon compagnon de chaque jour des heures durant. Je vis depuis 35 ans avec un homme que j'adore mais qui a épousé la médecine ( sourire)
alors je m'y suis faite. Et le soir quand il revient, nous sommes tout l'un à l'autre désormais après avoir été à notre petite famille. Oui, laisser le silence s'installer, c'est dévaster la terre
nue de l'amour.


10/11/2009 19:03


solitude, soeur du silence...
C'est pudiquement que tu dis votre dialogue du soir, mais même sous-entendu, ce tout l'un à l'autre signifie bien écoute, échange, dialogue.
Vous êtes beaux à contempler.


liedich 09/11/2009 11:10


Froid. Très froid j'ai.
Mais je ne me laisserai pas faire. Si j'aime tes mots et si j'y souscris pleinement, j'ai une option comme nous devons toujours en avoir une de plus !
Le silence est un partage et j''aime voir ton corps bouger en forme de toutes ces mettres que j'assemble tel que tu aimes à ce que je le fasse. 
Le silence est un tonnerre de tes sentements.
Moins froid le vieux !
Na !
Douce journée Brillance.


09/11/2009 20:45



Ben là... je ne sais vraiment pas quoi dire ! 
Tu préfères le silence de complicité. Bon, alors, je me tais !
Méditons simplement sur l'idée qu'il existe plusieurs silences. Que la chose se complique lorsqu'entre en jeu l'interprétation du silence, qu'ils peuvent mener à l'impasse, etc...

Et moi, parfois,  je ne sais pas me taire !