Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 20:33

http://www.russie.net/litterature/images/tolstoi.jpg


 Une écriture prolyxe le caractérisait. D'un court prénom apposé à un nom sonnant, il a tiré l'un des plus inoubliables portraits de la littérature (Anna KARENINE). Auteur majeur, Léon Nikolaïevitch TOLSTOI et son style éblouissant reconnaissable entre tous, peut-il encore aujourd'hui surprendre ?
La réponse est affirmative.

Les Editions "Le temps qu'il fait" publient, en effet, dans leur collection "Corps Neuf  " en format semi poche, une nouvelle titrée  "Le Père Serge" dans laquelle le lecteur retrouvera en quelques 91 pages le savoir-faire stylistique  et la dextérité narrative de TOLSTOI. 
Derrière les tourments du Père Serge, alias prince Stepan KASSATZKY, se distinguent pudiquement les interrogations et les tourments de l'auteur aux prises avec sa propre foi, ses doutes et sa quête de Dieu. 

"Oui, une bonne action, un verre d'eau donné sans la pensée de la récompense, est plus précieuse que tous les bienfaits que j'ai répandus sur les hommes. Mais, dans mes actes, n'y avait-il point un grain du désir de servir Dieu ?... Oui, mais tout cela était souillé, étouffé par la gloire humaine. Oui, Dieu n'existe pas pour celui qui, comme moi, a vécu pour la gloire humaine. J'irai le chercher", constate-t-il très amèrement après avoir vécu plusieurs vies imposées par l'expérience malheureuse d'une passion trahie.

Rien, ni les blessures d'amour ni le désir, ni le refuge dans la vie monacale, ni le don de guérison, n'aura-t-il donc prise sur la désillusion d'un homme ?





Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans mes lectures
commenter cet article

commentaires

Des Geeks et des lettres 11/03/2010 20:33


Merci de l'article ! Même si le style de Tolstoï est plus ample, Stendhal et Tolstoï ont le même idéal quant au style d’écriture : selon eux,il faut coller au plus près à la description des choses
/ savoir les faire deviner sans forcément les nommer / perfectionner son style signifie l’épurer, l’alléger de tout effet superficiel.( http://bit.ly/bEKcvD pour mon avis complet) ++ Greg


Alicia 06/03/2010 10:31


Un auteur que j'aime bien, même s'il n'est pas toujours facile à lire.
Je note ce titre.
Bonne journée, Marianne.


Marianne 09/03/2010 21:12


Pour cette nouvelle, Tolstoï est plutôt abordable à mon avis.
Je suis un peu restée sur ma faim à la fin, du reste car ce personnage tourmenté est assez insolite ; le quitter s'est fait un peu à regret. L'impression qu'on pouvait encore étoffer
l'histoire. Mais, je n'oublie pas que j'ai traversé ce livre au XXIe siècle. Or, probablement à l'époque, aux prises avec ses propres questionnements et le contexte, le retournement attendu par un
lecteur de nouvelle fut pour lui un fort moment de vérité.


Viviane 02/03/2010 10:52


Il y aavait dans cettepersonnalité une ascèse qui n'était pas de ce monde
une exigence personnelle qui semble bien avoir été marquée par le bain de religiosité dans lequel baignait la vieille Russie.

J'ai compris cela en regardant récemment le très très beau film l'Île
qui nous dépeint la vie au jour le jour de ces moines orthodoxes dans la russie d'il y a un siècle
leur quête insatiable de la pauvreté afin d'atteindre leur Dieu
regarde ce film il éclaire bien des choses...


aimela 02/03/2010 10:47


J'ai entendu parler de Tolstoî mais je ne me souviens pas avoir lu quelque chose de lui. pour l'instant, je suis si débordée  que je n'ai pas le temps de lire. je viens de voir un lien dans
tes commentaires, je m'informer peut-être que ce sera mieux pour moi  qui fatigue très vite. Merci de ce petit article


liedich 01/03/2010 18:08


http://www.litteratureaudio.com/

Tu peux même t'abonner, j'ai une bibliothèque quasi impressionnante !
pardon pour l'erreur,
amitié scintillante,


Marianne 01/03/2010 20:49



Merci bien !!
C'est bien pour les malvoyants et non-voyants, l'audio.
Je suis surtout une amoureuse du livre papier mais en MP3  la littérature du domaine public devient accessible.

Amitié coruscante...

Bisou du soir.