Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 13:19

La rêveuse

 

Il te hurle d’être réaliste, moins rêveuse.

Tu l’écoutes juger ta façon d’être heureuse

En te niant le droit au merveilleux,

Sans trouver en lui autre chose de mieux.

 

Au fond, c’est lui qui est à plaindre

En train de s’oppresser, de s’éteindre,

À tenter ainsi de hisser son estime

En marchant sur tout ce qu’il brime.

Alors tu te promets de persévérer

De consolider  et même révérer

Ta plus grande utopie et puis de l’habiter

Pour qu’un jour il puisse  à son tour s’y abriter.

 

Rien de grand en ce monde ne se fait sans illusions

Et pour que l’illusion devienne réalité

Il faut bien qu’elle naisse de l’imagination

Bleutée, rejetée et butée d’un rêveur hanté.

 

Il te dit que les rêves font stagner.

Tu regardes l’avion qui vient de décoller,

Ton téléphone chantonner, un pont se soulever,

Assis sur son manège, l’enfant tournoyer.

 

Tu souris aux étincelles de bambou,

Aux souches de champignons, au caoutchouc,

Aux théâtres d’images, au sucre d’érable,

Aux robes de princesses, au verre né du sable.

 

 

20/12/2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans Ma poésie
commenter cet article

commentaires

liedich 13/10/2014 20:15


Bonsoir Brillance.


Et bien moi, à ta place, je continuerai en ne pensant qu'à moi : "pour qu'un jour il puisse s'y abriter...


d'ailleurs, je crois impossible de réaliser pleinement une telle rêverie à "plus de soi même".


En tout cas, tu m'as emmené un peu, avec mes couleurs, mes formes, mes rêves... eT si tu m'y as emmené si vite, c'est que pour Toi, cela devait être sans limite.


Je te remercie pour cela.


Douceur du  soir.

Marianne 14/10/2014 21:55



Je souris de te lire et j'aime reconnaître ton pseudo dans mes commentaires. Merci de revenir après ces longs mois de silence de ma part. Tout autant de douceurs en retour.


Bien amicalement.