Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 11:34

Bonjour chers amis blogueurs,

 

Mon silence n'est pas une absence. Mais, au final d'une réflexion personnelle (la dernière déposée ici), c'est le mouvement qui m'a emportée.

 

Après plusieurs mois de chômage (le troisième depuis 2006) et une dépression (ou burn-out), j'ai mobilisé mon énergie autour d'un nouvel élan professionnel.

Se réinsérer est un défi à l'approche la cinquantaine. A la fois chanceuse de recevoir à deux reprises la confiance de mes recruteurs à la suite de deux entretiens espacés d'un an, je suis entrée pleine d'appréhensions intérieures dans un nouvel emploi en janvier dernier.

Tout est réapprendre à chaque fois. Les configurations et us des lieux, structures, circuits et bien sûr de nouvelles personnalités se présentent à vous.

Ce n'était pas problématique en soi puisque j'ai déjà eu à faire plusieurs fois cette démarche au cours de ma carrière.

Le plus grand défi était personnel. Une dépression vous place devant des priorités différentes et devant vos fonctionnements intérieurs, devant la réalité de votre Moi, vous fait creuser loin en vous et vous conduit à la source de ce que vous ne vouliez pas voir. Mais c'est aussi un temps pour soi que l'on se doit. Un temps qui vous en apprend. Un temps qui vous révèle le sens profond de la vie. J'ai fait mon cheminement durant de longs mois. Seule à seule avec moi-même. Pour finalement choisir à nouveau le mouvement. Ce mouvement prend désormais un sens différent. C'est un peu comme si, tout au fond du gouffre, on s'approche aussi avec la compréhension du sens de la vie. Cette prise de conscience m'a été bénéfique et m'a laissée plus désireuse de célébrer la vie et sa beauté. Ce fut un sacré passage, ou plutôt devrais-je écrire un passage sacré dans mon existence. Il m'a changée. Sans aucun doute, il m'a rendue plus avide d'autonomie, plus décidée à ne plus me laisser emporter par ce qui n'appartient plus à mes nouvelles orientations existentielles, plus désireuse encore de goûter à mes temps de liberté. Plus ardente face à l'authenticité et plus consciente de la responsabilité de chacun en ce monde. A valeur de témoignage, mais surtout dans le but d'encourager d'autres qui sont actuellement "dans le gouffre", je sors du silence aujourd'hui en vous livrant ces quelques lignes.  Prenez soin de vous.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LOUANCHI. 24/12/2012 15:41



lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news


En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de
Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du
village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions
hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando
anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.


35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de
ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi
joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi) Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

Marianne 06/01/2013 20:16



Bonjour,


j'ai pris le temps de me rendre sur votre lien. En vous remerciant de m'avoir sensibilisée...


 


Cordialement.


 



Paul 31/07/2012 11:17


Pour ma part au bord du gouffre mais pour des raisons de santé, je m'accroche autant que je peux depuis maintenant un an. je sais ce que c'est que la volonté de rebondir, et j'avoue avoir
beaucoup d'admiration pour tous les gens qui font cette démarche.


bien amicalement


Paul

Marianne 11/08/2012 20:49



Bonjour Paul,


bien navrée que vous rencontriez des ennuis de santé. J'espère qu'ils sont de nature guérissable et vous souhaite dans ce cas de vous rétablir. Que la vie vous soit douce et vous apporte en ce
jour et dans les suivants de belles joies. Je m'en viens visiter votre site tandis que je me trouve actuellement en séjour au Québec. Bien amicalement.



sido 24/06/2012 08:07


Ces mots si personnels, leur tonalité, m'émeuvent beaucoup Marianne, j'ai touché de prêt au travers d'un proche ce que veut dire le mot gouffre, et le propre désarroi de ceux qui assistent à la
chute sans pouvoir agir contre. Seule la reprise en main de soi-même, le coup de pouce intérieur, dernier signe que la vie est toujours à vivre, peut eviter l'anéantissement. Bcp n'ont pas la
force de reprendre la route. Se laisser couler leur semble tellement plus facile que de dire à son corps,à sa tête "lève-toi et marche". Aussi c'est un bel exemple donné ici.


Bien cordialement.

Marianne 25/06/2012 22:03



Chère Sido,


Le soutien que tu as apporté à ce proche a sûrement été fort précieux pour lui. C'est un facteur déterminant. Le rétablissement dans le cas d'un burn-out nécessite du temps. Il faut le vivre au
jour le jour. C'est un peu comme remonter des marches quand on a chuté. Cela consiste aussi à s'interroger sur les motifs de la chute et sur le moyen de ne plus en être l'objet. On prend
conscience de certaines choses de cette manière.


J'espère sincèrement que ce proche a pu se relever aussi.


Bien belle semaine à toi, Sido.


 



Alicia 20/06/2012 21:16


Bonsoir Marianne,


Désolée d'apprendre que tu as eu des problèmes, mais heureuse de voir que tu vas mieux. Ta grande reflexion et ta sensiblité, ainsi que le courage que tu as de regarder les choses en face,
t'aident, sans aucun doute, à clarifier tes idées.


Je te souhaite bonne continuation et à bientôt.

Marianne 23/06/2012 23:05



Chère Alicia,


Comme c'est gentil de déposer tes lignes dans l'espace "la conscience de vivre"! J'ai peu communiqué durant la traversée de ces épreuves car j'éprouvais alors un profond besoin de silence. Mais
l'écriture a permis de mieux franchir le cap. A travers elle, j'ai pu trouver des portes à pousser et des clarifications intérieures.


Bien amicaux remerciements et des bisous.



marie poupée 13/06/2012 21:46


Bonsoir Marianne , je suis heureuse de partager tes émotions et sincères confidences . Le monde ne nous fait pas de cadeaux , c'est une lutte constante qui peut souvent nous décourager mais je
suis contente que tu aies réussi à surpasser les doutes et les craintes . Nous avons tous en nous une capacité à réagir, il faut trouver le bon moment ... Tu as trouvé le bon mouvement , je te
souhaite beaucoup de bonheur dans ta nouvelle vie .


Je t'embrasse et te souhaite une belle soirée


Marie

Marianne 23/06/2012 23:00



Chère Marie Poupée,


on ne se raconte pas aisément mais la sincérité de mes propos s'offre en échange, en partage, en retour, en reconnaissance, et en toute amitié.


J'aime ton blog, car il me me rappelle à chaque passage dans ton univers que lorsque l'on mûrit son art, on devient toujours plus adroit dans celui-ci. C'est un encouragement personnel.


Je t'embrasse et te remercie pour tes chaleureux voeux de bonheur.