Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 16:05

  

  

Des mois que je snobais ce roman et sa couverture commerciale aux couleurs criantes. Son titre "Les yeux jaunes des crocodiles" ne m'inspirait rien, sa 4ème de couverture sans accroche à mon sens ne m'incitait pas davantage. Je savais que ce livre se vendait bien (mon passage en librairie) et pour qui écrit soi-même le succès littéraire néanmoins interpelle. Pourquoi se vend-il, comment est-il écrit, par qui ? Pourquoi est-il si bien accueilli ? Etc... Pourtant je n'avais pas écouté ces questions puisque j'étais par ailleurs plongée dans une formation qui ne me laissait plus grand temps.

 

Quelqu'un de mon entourage vient de me prêter ce livre en format poche.

C'est l'été, j'ai besoin de légèreté, je dois rendre ce bien à son propriétaire et j'ai donc cédé à ces yeux jaunes... qui semblaient me faire un clin d'oeil depuis sa parution.

 

J'ai découvert une romancière au devant de ses personnages, leur adjoignant une attitude, un ton, un vocabulaire, une psychologie propres. Sans complexe dans l'écriture, elle mêle le crédible et le moins vraisemblable. C'est cette part d'exagération saupoudrée ici ou là qui tout à coup arrache au lecteur  un sourire ou une exclamation qui y trouve plaisir.  Alors, à la surface de l'histoire, naît une complicité avec l'auteur . Un peu comme on écoute un convive raconter une blague, on se pique au jeu des situations. Les personnages vivent leurs turpitudes mais cela ne déteint avec trop de conséquences sur votre intériorité. Toutefois, avec un ton tout à coup très sincère, la profondeur humaine de Katherine PANCOL déclenche de l'émotion quand surgit un temps fort relié à la vraie vie vous piégeant dans les profondeurs de l'identification ou de la projection psychologique.

 

Je me suis rendue sur son blog personnel. Dans ce qu'elle exprime de son travail d'auteur, je me suis retrouvée, notamment quand elle évoque l'espace que prennent des personnages dans votre véritable vie, l'obstination de l'invisible qui s'empare de vous pour vous garder dans les chemeins de l'écriture au détriment de tout appel extérieur qui s'interprète comme un empêchement d'écrire, ou un arrachement à une histoire qui se construit pas à pas et comme d'elle-même. Même si tout cela semble en contradiction pourtant avec vos antennes intérieures grandes ouvertes. En fait, c'est toujours et encore pour servir l'écriture prête à saisir le moindre détail pouvant s'adjoindre à ce puzzle dont on ignore totalement le tableau final qu'il révélera.

 

Evidemment, j'entrerai maintenant dans "La valse lente des tortues", second roman de cette saga, puis vérifierai si... "Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi" (paru en avril 2010). Tout ceci... pour satisfaire ma curiosité littéraire.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans mes lectures
commenter cet article

commentaires

Sissi 03/08/2010 10:25



Bonjour Marianne,


Pour mes vacances j'ai emmené :
- Danièle Steel - L'ange Gardien
- Guillaume Musso - Que serai-je sans toi ?
- Frédérique Deghelt - La vie d'une autre
- Kim Edwards - L'enfant de tous les silences
- Tatiana de Rosnay - Elle s'appelait Sarah.


Il ne me reste plus que les deux derniers à lire. J'ai adoré les autres.
Mon p'tit soleil va très bien, je l'ai vu hier soir après un peu plus de 15 jours sans la voir. Elle est extraordinaire : elle dit papa, fait des grimaces, rit aux éclats, danse... Qu'est ce que
je l'aime !


Bisous affectueux



Marianne 07/08/2010 17:39



J'ai lu plusieurs romans (hormis le dernier) de Tatiana de Rosnay. Celui que tu lis est celui que j'ai trouvé le plus abouti dans la progression de son oeuvre.  De  Guillaume Musso,
j'ai lu "Et après".  De Danièle Steel, non pas un roman mais un témoignage de sa part relatif à son fils maniaco-dépressif dont je ne parviens pas à me souvenir du titre car cela fait très
longtemps déjà.


Passe de très belles vacances et... bonne lecture à toi ! 


Bises


 



Sissi 27/07/2010 21:18



Merci pour le passage sur Douceur Sucrée mais surtout pour le petit mot gentil qui m'a fait du bien car j'ai reçu ton commentaire un jour où je n'étais pas très bien.


Je t'embrasse affectueusement


Sissi



Marianne 01/08/2010 12:38



juste contente de t'avoir fait du bien.   Comment va ton nouveau rayon de soleil ?


 



Sissi 22/07/2010 21:02



C'est amusant que tu parles de ce livre. En effet, pour partir en vacances, je suis allée chercher quelques livres, impossible de faire sans eux, et j'ai hésité à prendre ce roman parce que
justement je n'ai pas été interpellée par la quatrième de couverture mais tout de même titillée parce que tout le monde en parle. Néanmoins, je ne l'ai pas acheté mais je crois que je vais me
débrouillée pour qu'on me le prête, je sais qu'une amie l'a acheté !


Bisous du soir - Sissi



Marianne 01/08/2010 12:28



lesquels emmènes-tu en vacances ?


Bisous



aimela 21/07/2010 10:28



Tout comme toi, j'ai entendu du bien de cet auteur et de ce livre  par une amie et tout  comme toi , je me suis procurée ce livre mais je ne l'ai pas encore entamé ( je dois finir un
autre avant). Vu ce que tu écris, je vais m'empresser de terminer  afin de me plonger  dans "les yeux jaunes...". Bonne journée



Marianne 01/08/2010 12:27



j'ai démarré la lecture de la suite : "La valse lente des tortues".


Quand tu auras la à ton tour "Les yeux jaunes..." peut-être que tu voudras me donner tes impressions ?


En atttendant, je te souhaite un joli dimanche.  Bises