Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 10:24

Il y a le cliquant, les lumières, les douceurs. Il y a le plaisir des sens. Il y a les vœux. Il y a les apparats, les jolies choses, les décorations qui nous laissent ébahis comme des enfants, les nobles et bons sentiments, les regroupements, les migrations familiales, amicales ou vacancières, les spectacles et l’émerveillement, la profusion ou la frugalité, des pardons, des contritions, des effusions.

Mais il y a aussi ce qui demeure en arrière-plan, comme un fond musical permanent, chaque jour que nous occupons à nous occuper dans nos activités qualifiées par l’homme d’humaines. Nos frénésies, nos distractions, nos travaux en tous genres. Et le manque de temps que l’on met en avant avec le plus grand sérieux, souvent paravent pour cacher nos faiblesses, nos fatigues, nos besoins inavoués.

Ne m’oublie pas, dit cette voix discrète assise au fond de soi, qui vit en toute autonomie, sans visage, mais patiemment attend, ne prenant la parole que lorsque le silence se pose et que l’esprit se repose.

Lorsque timidement, celle-ci prend la parole, il semble que son message soit essentiel. Que quoi que nous entreprenions pour vivre, ce qu’elle vient de nous souffler balaie soudain la moindre tentative d’évasion, toute contestation, toute justification, toute excuse. Elle sait nos impostures et nos vitrines d’apparat, les guirlandes dont nous nous revêtons pour attirer et fasciner nos semblables.

 

Pourquoi, agissons-nous ainsi ?

La matérialité a-t-elle fait de nous ce que nous ne voulions pas être ? La pudeur nous a-t-elle écartés de la sincérité ? Le silence nous a-t-il engourdis dans une carapace ?

Des souvenirs nous appelons. Lesquels ? Interrogeons-nous sur ce qu’ils ont en commun. Des fils qui les retiennent, suivons le cours.

Quelle main garde ces bulles réunies, tels des bouquets de baudruches ? 

Cette main, sans doute, ne demanderait-elle qu’à libérer les ballons encombrants qui voilent sa face afin de pouvoir seulement accueillir l'être qui aura su entrevoir sa présence derrière le mouvement incessant de ces cloques colorées.

Métaphore pour évoquer l’accueil, l’amour inconditionnel, la source... Nous ne savons même pas son vrai nom. Mais nous sentons bien, chacun, la constance de sa présence en nous. C’est bien ça, non, qui nous interpelle si régulièrement ? La persistance. La fixité de ce sentiment en nous, nous qui nous savons êtres de mouvance. La durabilité alors que tout change pourtant autour de nous et en nous et qu'un jour nous disparaîtrons.

 

Qu’est-ce que cette « chose » en nous ,  logée dans on ne sait quel endroit de nous, au parfum d'« évidence » , indéniable ? Cette "chose" qui incontestablement nous évide dès lors qu’elle parle ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cosy 07/03/2016 11:40

Bonjour Marianne,
J'ai une vision cosy de ce petit endroit où notre présence supérieure serait: quelque par dans le cœur. d'ailleurs, en médecine, il y a un petit point dans le cœur que les chirurgien ne touche jamais,provoquant systématiquement l'arrêt, et je suppose qu'elle est ici, bien au chaud, bien chez elle dans son environnement bien cosy.

Jean Paul 18/06/2014 20:33


Bonsoir Marianne
Je suis ravi de voir les mots s'animer un peu sur votre blog, ceux des autres, les votres, et je vous salue amicalement avec un peu de retard.
Moi aussi j'ai relu votre texte, pour des souvenirs de Noël ... Et celui ci fut heureux !
Mais revenons à l'été tout proche! annoncé par nos premières lucioles :-)
je vous envoie toutes mes amitiés
Jean Paul

Marianne 28/06/2014 09:32



Fidèle Jean-Paul, toujours attentif et attentionné, un grand merci à vous.


L'été est là dans mon Alsace mais pluvieux à l'instant où je vous réponds. La terre en a besoin et ces filets d'eau n'entament en rien le chant des merles en cette matinée très calme ici. Calme
qui est pour moi un bel apaissement après une semaine chargée en cette période à l'université. Du coup, votre arrêt image sur les lucioles m'emporte jusqu'à leur joyeuse ronde. Ravissant !


Pour vos amitiés, les miennes en retour.


Bon dimanche, cher lecteur.



poete 13/06/2014 19:02


bonjour


Poète Lyre est un site de poésie: vous avez la possibilité de lire et déposer des poèmes d'auteurs célèbres. Grâce à vos contributions vous enrichissez la ruche et rendez un grand service aux
amoureux des mots et des vers...


http://poete-lyre.livehost.fr


mes amitiés

Marianne 28/06/2014 09:39



Bonjour et bienvenue !


Belle et longue vie à votre site .


La poésie est un regard, une musique, une expression unique et l'occasion de dire autrement le monde.


Elle nous extraie de la rationalité et de la norme, elle me parle de ce qui ne doit jamais se perdre, notre humanité et notre capacité à vivre y compris notre intériorité.


J'irai vous visiter.


Bien amicalement.



massage 13/06/2014 14:56


Beau texte... A titre personnel, comme je suppose beaucoup de monde, j'ai commencé par ces souvenirs. Aujourd'hui j'essaye de m'en tenir à ma feuille de route, allant où la vie souhaite
m'emmener, tout en me souvenant de qui je suis (ou de ce que j'en sais)...

Marianne 28/06/2014 09:50



Bonjour,


Bienvenue à vous. Merci pour votre message.


La vie nous mène et nous sommes la somme de ce que la vie nous apprend.


J'ai aimé votre parenthèse, tant il me semble juste que souvent nous ne savons pas si bien qui nous sommes. Nos spécificités, notre orginalité qui sont issues de nos parcours, que nous avons
besoin de détecter car nous sommes tellement nombreux à vivre et à expérimenter au plus intime de notre conscience et inconscient.


Je vous souhaite une belle route.


Bon week-end à vous.



marie poupée 19/05/2014 20:17


Bonsoir Marianne ,


J'espère que tu vas bien !


Un peu plus occupée en ce moment , une saison qui commence pour les expos et activités diverses dans ma région


Je t'embrasse bien fort et te souhaite une douce soirée

Marianne 24/05/2014 18:04



Chère Marie Poupée,


oui, je vais bien. Je travaille beaucoup et je prépare un concours. Donc mobilisée dans la réalité quotidienne mais toujours reliée à l'écriture.


Je suis ravie que tu puisses exposer tes ravissantes poupées. Je suis certaine qu'elles ont bon accueil auprès du public de ton emblématique et magnifique région. Dans la mienne, chaleurs,
orages, averses alternent actuellement.


Je m'en viens sur ton blog pour t'y laisser un petit signe à mon tour.


Bien amicalement