Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 15:49

 

 

 aimer-par-Cocteau.jpg

 

a m e r

 a i m e r

 

 

 De l’amer à l’aimer, il n’y a qu’un i droit et ponctué !

L’amour se compose dans une multitude de signaux

qui tendent, distendent ou retendent

le fil d’une relation.

 

C’est la ponctuation qui fait vivre l’amour.

 

Aimer - au même titre que la ponctuation, musicale ou littéraire -

« c’est l’art et la manière de marquer les repos, les pauses,

les divisions, les périodes dans une composition »  (1)

 

-----------

(1)    Source citation :   http://www.cnrtl.fr/definition/ponctuation

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thès 05/06/2011 15:41



Bonjour Marianne, la ponctuation a plusieurs visages, peut être silencieuse ou au contraire très bruyante voire agressive, subtile, nous laisser coi......Bon dimanche. Thès.



Marianne 06/06/2011 11:06



pour moi, ponctuation vaut modération quand il s'agit de l'aimer. Ce qui n'exclut pas, entre parenthèses, que les exclamations spontanées me plaisent, et que les points de suspension sont des
pensées inachevées dont on guette le fil conducteur. On y trouve des dialogues à inventer.


- ravie de votre visite ! ...


- : - )


Amitié



aimela 28/05/2011 18:07



Chez moi c'est plus l'amer qu'aimer le  i s'est barré  je ne sais où Je pars une semaine car là, je suis trop
fatiguée . Bises



Sophiec 28/05/2011 17:32



De la ponctuation, de la grammaire, de la conjugaison, du vocabulaire... Toute la richesse de la langue, des émotions qu'elle décrit ou suscite, sont nécessaires pour parler de l'amour, pour
parler d'amour... Amer, aimer, le langage est toujours signifiant en lui-même. Il est facile d'aimer, on est fait pour çà, bien plus difficile de construire une relation durable. C'est un
travail, sur soi d'abord, avec l'autre ensuite.


J'aime toujours la richesse de ta pensée et la délicatesse de tes mots, ma chère Marianne, si bien accordées.


Bises et câlins



jill bill 27/05/2011 18:48



Bonsoir Marianne !  Jean a mille fois raison !  Quant au reste de ta page c'est vrai ce qu'elle en dit aussi...   Aimer, s'épouser c'est conjuguer la vie à deux.... puis
à trois, quatre plus si on aime les divisions, le partage... Aimer c'est du français et des maths !  Merci à toi, passe un bon W-E   Jill amitiés... 



Marianne 28/05/2011 15:45



j'aime bien cet humour en toi que j'ai découvert en lisant plusieurs de tes pages maintenant ! Les maths me vont moins bien que les mots, mais j'admire ceux qui savent les dompter et en sortir
des avancées !



liedich 24/05/2011 04:01



Oui page très agréable. Ce mot de Cocteau, superbe et cette ponctuation pour signifier les mous et les remous de ce drôle de sentiment... Une bien belle page, oui.


Je ne mets qu'une virgule, nous en reparlerons mais d'abord un trois points....


Douceur pour Brillance.



Marianne 28/05/2011 15:20



Toi, le chantre de l'amour, je me doute bien que ça te rejoint. Une virgule vaut mieux qu'un point final... Quant aux points de suspension, ils ont une capacité de suggestion qui laisse à chacun
un espace pour inventer, imaginer, entamer une réflexion.


En attendant que nous en reparlions donc...


Bisous brillants.