Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 17:06

 

DSCN7103.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai laissé mes habits tout au bord

En m’étirant dans l’eau

J’ai senti le frisson de la fraîcheur.

Alors, bercée par les flots,

J’ai contemplé le ciel et les lueurs.

Je me baignais seule à l’Anse du Bonheur.

Même les mouettes dormaient encore à cette heure.

 

J’ai laissé mes pas marquer le sable

Aussi loin que j’en étais capable.

Au retour, j’ai filtré un café

Puis porté le bol sous mon nez

Pour renouer avec les saveurs.

Engourdie par la chaleur,

J’ai contemplé le feu et ses tisons

Et chantonné toute seule à l’aube de la saison.

 

Un à un, ils sont arrivés

Munis d’un met, d’un vin ou de quelque douceur.

Je me suis plongée dans une torpeur

En les écoutant rire et parler.

Tout ce qu’ils taisaient d’eux,

Je le connaissais par d’autres aveux.

D’ailleurs, à quoi bon raviver les chagrins ?

Nous nous aimons et donc tout est bien.

 

Je lisais dans leurs silences

Leurs luttes, leurs larmes, leurs drames.

Alors, j’ai eu envie d’une danse

Pour célébrer le courage de nos âmes.

Quand la musique, les rires et mes amis

D’où ils venaient sont ensuite repartis,

J’ai attrapé ma lampe et je suis retournée à l’Anse.

Il y a toujours, là-bas, quelqu’un assis à cette heure.

 

Best love, Nuala.

 

Écrit le 29 09 2011

Inspiré par Nuala O’FAOLAIN et  son magnifique roman « Best Love Rosie »

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans Ma poésie
commenter cet article

commentaires

liedich 23/10/2011 12:06



Euh ben je suis tout rouge, là.


Ah c'est le reflet de mon polaire du canada, je me disais aussi.


Salut Bout de bien.



Marianne 23/10/2011 20:14



j'ai un faible pour le Canada, plus spécialement pour le Québec. On doit avoir aussi froid en Alsace ces jours-ci que nos cousins là-bas.


Ecris, hein !!   :-)  Smack (c'est adorable "Bout de bien").



liedich 23/10/2011 10:13



WAOUH quel rythme. Tu viens de me donner l'envie d'écrire des mots d'amour sur un bout de papier de vie. J'ai aimé, vraiment aimé.


Je note le bouquin pour la biblio à venir. Même que je recommence à lire, elle est pas belle la vie.


Si si.


Merci Brillance.



Marianne 23/10/2011 10:47



écris, écris ! c'est une activité noble que je ne peux qu'encourager ! Quant à la lecture, je m'essoufflerai jusqu'à mon dernier souffle à le dire à chacun : lisez ! Vous en apprendrez toujours à
travers un livre.


Contente que tu te sentes suscité, mon cher Liedich. Vraiment contente car tu as de l'or dans ton coeur qui ne demande qu'à couler vers tes doigts. Je veux parler de cet chose précieuse que tu as
au fond de toi et que tu as su préserver comme la grâce dans tes épreuves.


Youpi, il écrit, youpi !!  :-)



Jean Paul 08/10/2011 00:56



Votre poème m'a beaucoup plu, et dérouté !
Parce que la photo m'a fait penser aux Pyrénées Orientales vues de la cote Languedocienne !
Je suis parti ensuite (et pourquoi donc?)sur la cote Ouest des Etats Unis !!! la baignade n'a pas de rivage, ni d'heure, c'est toujours du bonheur :-)
J'ai été ravi de voir que Nuala O'Faolain vous a inspiré, et que vous me rappeliez son souvenir. Vous m'avez donné envie de la relire.
Je suis ravi aussi de vous retrouver sur votre blog :-)


Jean Paul



Marianne 08/10/2011 10:20



Cher Jean-Paul,


Bien vu pour les Pyrénées Orientales (où je suis allée le mois dernier passer des jours de vacances) ! Bravo ! Il me reste à découvrir les côtes américaines. Un jour peut-être... Et si vous
relisez "Best Love Rosie", c'est en Irlande qu'elle vous emmènera vers le territoire d'enfance de son personnage enrichi de voyages.


Je crois qu'il y a des moments plus  propices que d'autres dans nos vies pour la lecture d'un livre. J'avais déjà lu cette oeuvre, mais lors de ma seconde lecture j'ai tout ressenti plus
intensément de ce qu'évoquait l'auteur et me trouvais réellement imprégnée de ses mots. Le contexte maritime, la maturité acquise entre temps, un autre rythme de vie, un regard plus approfondi
sur la vie et les relations humains, etc. tous ces éléments conjugués m'ont permis de réaccéder à cette oeuvre et de la redécouvrir. C'est assez rare chez moi qu'une telle chose se produise
car il y a tant à découvrir que je ne relis quasiment jamais deux fois un livre.


Voici un lien vers un article qui m'a lui aussi émue et également rapprochée humainement de l'auteur : http://passouline.blog.lemonde.fr/2008/05/14/le-dernier-voyage-de-nuala-ofaolain/


Merci de vos lignes, de votre intérêt et de votre accueil.


Bien amicalement.


 


 


 



SylvieG 06/10/2011 12:27



Coucou Marianne,


Qu'il est bon de lire des mots que l'on ressent. Ces pauses, ces flottements qui nous permet de regarder autour de soi, regarder les autres, les êtres aimés... Etre en retrait et observer, être
ailleurs et pourtant si près d'eux...


Ton poème m'a parlé, je le ressens, et je pourrais presque toucher du doigt cette sensation d'aimer, de recevoir et de donner.


Bel écrit l'amie. Belle image de la vie comme j'aime les apprécier encore plus fort maintenant.


Je t'embrasse bien fort


 



Marianne 06/10/2011 20:06



C'est tout à fait ça ! Si heureuse de constater que le texte ait fait ressortir cette belle image inspirée par Nuala. Nous aimons les mêmes choses en matière d'amitié. :-)


Je t'embrasse en retour.



Viviane 05/10/2011 08:52



Un souvenir de voyage plein de douceur, avec ce que je ressens de recul par rapport aux autres de la part de celle qui raconte, comme si pour mieux apprécier elle avait fait le choix de se tenir
un peu hors du cercle...



Marianne 05/10/2011 09:36



C'est cela que j'ai aimé dans le roman, ce regard en retrait plein de tendresse pour chacun et le spectacle qu'ils offrent, la conscience de ce qu'ils apportent dans sa vie à soi et que leurs
défauts ne ternissent pas, leurs silences que l'on entend parce que depuis longtemps on connaît les préoccupations qu'ils taisent.


C'est un des beaux passages de ce roman. Il m'a tant émue qu'il m'a donné l'envie soudaine de composer à mon tour un texte qui évoquerait un tel moment.


Belle journée à toi, Viviane. Bisous