Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 18:29
 
 
Pour le peu d’années où je marche sur terre
 
 
 
Je hais la laideur.
Je hais le malheur.
Je refuse de m’en laisser atteindre.
Je refuse que sur moi ils puissent déteindre.
Je veux contribuer à embellir le monde.
Offrir des sourires, de la joie, à la ronde.
Je voudrais de l’harmonie partout,
Pour tous, de la solidarité et des encouragements,
De grands moments d’amitié, des rêves en déploiement.
Pour le peu d’années où je marche sur terre
Je n’ai guère de temps pour les guerres.
N’est mon ami
Que celui qui pense ainsi !
Les autres, qu’ils passent leur chemin,
Je n’ai que faire de leur destin !
Ils me traitent d’utopiste ?
Eh bien ! Qu’ils suivent leur propre piste !
Je veux voir le meilleur
De chaque heure.
Je veux que chacun rayonne,
Que dans nos têtes, les belles idées tourbillonnent,
Qu’on se soutienne
Au lieu de répandre la haine.
Je veux aussi respirer l’air pur,
Boire aux sources pures.
Je veux m’ébahir de toutes les beautés,
De toutes les bontés
Dont est capable chaque chose, chaque être
Et qu’il porte en soi pour le faire connaître.
Dans ce monde-là,
Quand il viendra,
Car il viendra quand l’humanité
Aura fini de se molester,
De se protéger, de s’auto-mutiler,
De se barricader, d’agresser…
Oui, dans ce monde-là,
L’homme atteindra l’intelligence du cœur
Et mesurera toute son ampleur !
 
Ecrit le 13 février 2008
     
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans Ma poésie
commenter cet article

commentaires

PATRICIA BRUCKMANN 14/02/2008 17:45

MILLE BRAVOS MARIANNE POUR CES MOTS RASSEMBLES AU
PLUS JUSTE AU PLUS VRAI DE CE QUE TU ES ET DE CE QUE
TU INSUFFLES AUX AUTRES EN L OCCURENCE A MOI-MEME.
RESTE CETTE MARIANNE REVOLTEE EXALTEE CAR LES MOTS
TU SAIS LES EXPULSER.
GROSSES BISES A TRES BIENTOT TU NOUS FAIT TELLEMENT
DE BIEN AVEC TES MOTS.
PATRICIA
 

Marianne 15/02/2008 20:08

Chère Patricia,
Ton passage ici et ce commentaire si chaleureux et encourageant m'émeuvent.
Je te remercie beaucoup pour tes bons mots,  et pour tous ces partages que j'ai eu la chance de vivre durant ces mois. Que de belles découvertes j'ai pu faire grâce à cette passion commune de l'écrit !  Cette toute nouvelle amitié me comble de joie.
A tout bientôt !
Bises

Olivier Goujon 14/02/2008 10:03

J'aime l'authenticité de ton poème Marianne ! Le bonheur durable  et  inconditionnel passe par la pleine réalisation de soi-même. Par l'auto-révélation du merveilleux qui nous habite. Quel que soit notre environnement (proche ou lointain), quel que soit notre parcours de vie, nous possédons tous en nous la clé  qui peut ouvrir cette lourde porte qui obstrue notre vue sur nos champs infinis de félicité. Si puissante et si misérable à la fois... telle semble être  la condition humaine ! Et si le "peu d'années où nous marchons sur terre" n'étaient qu'un apprentissage pour acquérir une conscience de notre divinité, qu'une étape vers cette fusion dans un océan d'amour que nul mot humain ne saurait décrire ? Le saurons-nous un jour ? Nul ne peut le dire. Mais n'était-il pas plus raisonnable, à l'instar de Pascal, d'en faire le pari et de vivre notre vie gorgés de foi et d'amour ? Prenons au moins conscience de cette liberté de choix et agissons comme les êtres que nous souhaiterions devenir.

Marianne 14/02/2008 10:47

Olivier,
Nous sommes sur la même longueur d'ondes ! L'être humain a besoin de positivité, d'encouragement, de bonté, de tendresse, d'être dans le don et l'offrande, pour s'épanouir pleinement, s'auto-révéler puis au-delà pour trouver un sens à son parcours. Nous n'exploitons que si peu nos talents, notre intelligence, et pire encore notre coeur !
Bises

Viviane 14/02/2008 09:43

Superbe poème Marianne...Oui, répandons la semence afin que la joie vive

Marianne 14/02/2008 10:39

Chère Viviane,
Très heureuse de ton retour !  Partager tes écrits et nos commentaires fait partie de mes joies quotidiennes.   ;-)
Bises