Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 21:09

Les neiges bleues - Piotr BEDNARSKI - Autrement - 2004 - Roman - 139 p

 

4e de couverture :  "Comme toujours le malheur, le gel arriva sans prévenir. Il suffit d'une seule nuit pour qu'il ouvrît son portail d'argent et semât soigneusement partout ses graines mortifères. Une oreille sensible pouvait percevoir un chuchotis comme celui du blé qui glisse dans la goulotte d'un moulin. Ceci signifiait que la température était tombée en dessous de moins quarante degrés. La neige se fit bleue et la limite entre terre et ciel s'estompa. Le soleil, dépouillé de sa splendeur et privé de son éclat, végétait désormais dans une misère prolétarienne. Le froid vif buvait toute sa chaude et vivifiante liqueur - désormais seuls le feu de bois, l'amour et trois cents grammes quotidiens d'un pain mêlé de cellulose et d'arêtes de poisson devaient nous défendre contre la mort."

Au coeur du système répressif soviétique des années 40, dans l'antichambre du Goulag, un petit garçon de huit ans tente, malgré les épreuves, de garder l'allégresse naturelle à l'enfance. Sur une terre froide et austère avec le Goulag pour seul horizon, certains lisent la Bible en cachette et ne se résignent pas à l'Enfer. Malgré une vie rythmée par les morts, les disparitions, les emprisonnements, le jeune Petia, condamné à devenir adulte avant d'avoir dix ans, va découvrir un terrain de jeu nécessaire et absolu où pousse une des plus belles fleurs de l'espoir : la poésie."

Piotr BEDNARSKI : "Poète et écrivain polonais, né en 1934 à Horeszkowce, une petite ville de la Pologne orientale, occupée par l'URSS en septembre 1939. Exilé avec sa famille en Sibérie durant la guerre, il se retrouve seul pour retourner en Pologne à la fin de celle-ci. Instituteur de formation, il n?a jamais enseigné ; poussé par une vocation maritime, il a passé sa vie professionnelle dans la marine marchande. Auteur de nombreux romans (Lancelot, Parsifal, La mer à mon chevet, Zeus, etc.), de nouvelles (recueil Graine de diable, etc.), de poèmes (recueils Le chant du marin, l?Arche d?Alliance, etc.). Les Neiges bleues, son premier roman traduit en français, est emprunté à sa mémoire sibérienne.

 

Mon appréciation : cet auteur est né et a survécu pour... témoigner !

Avec poésie et sans sentimentalisme outrancier, Piotr BEDNARSKI en 18 chapitres comparables à de petites nouvelles, retrace son enfance en Sibérie, au coeur du système répressif soviétique, dans l'antichambre du Goulag, où plane en permanence la menace et la pression du NKVD aux bottes de Staline.

Il décrit :

- ses instants lumineux auprès de Beauté (sa mère juive qui sans jamais rien provoquer fait naître le désir encombrant  des hommes, convoitant son corps en rêvant de son coeur, désir dont elle  ne jouera cependant guère pour s'en servir, encore moins lorsque s'enflammera l'agent, certes ennemi mais néanmoins homme, que la peception du rejet féminin entraînera dans la douleur jusqu'au drame), et de ses grands-parents déportés,

- l'absence de son père emprisonné loin des siens dans un camp de travail et sa courte réapparition avant un nouvel arrachement

- le destin marquant de Personnages dignes et magnifiques tels que  :

* le Bienheureux, un homme simple, auquel Beauté donnera son amour

* Sacha, l'homme à tout faire de l'orphelinat auquel sa fascination passionnée pour Beauté vaudra son arrestation

* pépé Evtouchenko, à l'activité étonnante. 'De temps en temps il s'y couchait afin, disait-il, de bavarder un peu avec Dieu pour ne pas devenir une brute complète. Son cercueil embellissait de jour en jour. C'était une oeuvre d'art où le grand-père exprimait ce qu'il ne pouvait traduire en paroles ou en gestes"

et tant d'autres héros du quotidien, dont le destin croisera celui de l'écrivain, voire le chamboulera

- ses journées entre les poux, la faim, le froid, l'effroi parfois

- l'amour et l'amitié, ces liens indestructibles

- la religion auquel il se raccroche fortement et la révélation primordiale dans sa vie de la Poésie.

C'est la force de la Vie par-delà les souffrances que Piotr BEDNARSKI laisse émaner dans ses lignes :

"C'est fragile la vie d'un homme : aujourd'hui il est là et demain il n'est plus".

"Nul n'a le droit d'oublier les besoins du coeur de son prochain".

"Oui, chaque être humain est un joyau"

Un témoignage dont on mesure toute la valeur à la lumière du destin de cet écrivain polonais  - qui me touche d'autant plus que je suis née sous un nom polonais (WOLNIEWICZ) en France, d'un père français et d'une mère alsacienne ; mes arrières-grands-parents paternels ayant dû fuir la Pologne pour l'Allemagne, avant que mes grands-parents arrivent plus tard dans le Nord de la France (où mon grand-père fut mineur).

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans mes lectures
commenter cet article

commentaires

Alicia 07/11/2010 10:14



Je vois Marianne que tu es vraiment concernée par cette histoire. J'aime bien ton analyse qui relève la poésie dans cette oeuvre et qui l'adoucit, ainsi que la description des personnages tels
ceux que tu as cités.


A très bientôt Marianne, et bonne journée.



Marianne 17/11/2010 16:44



Toujours sympa de pouvoir échanger ses impressions autour d'un livre !


A une prochaine fois, Alicia!






sybilline 09/05/2008 16:44

Ce témoignage est bouleversant! Il montre la force de la Foi, quelle qu'elle soit, face à la Puissance bornée des Rouges. Il nous offre une palette de personnages dont le courage et la capacité à aimer constituent une Résistance au mal plus grande que ne le serait la haine et les armes. Le petit Petia est un enfant presque trop mûr pour son âge, et sa capacité à endurer le pire, sans pour autant perdre sa belle sensibilité, mais en recourant toujours à l'Essentiel, est proprement admirableMerci pour cette belle proposition de lecture, Marianne!

12/05/2008 11:19


Bonjour Sybilline,
C'est un témoignage bouleversant ce livre et plein de beautés.
Ravie qu'il t'ait rencontrée.


sybilline 20/04/2008 22:10

Promis, je le ferai, Marianne! Vivement que je me le procure...

sybilline 19/04/2008 13:13

Je note immédiatement ce livre dans ma liste d'achat urgent.

20/04/2008 21:20


Un livre marquant pour moi. J'en garde encore l'empreinte.
Revenez me dire ce que vous en aurez pensé après lecture, si vous le voulez.


Viviane 17/01/2008 14:37

J'aime aussi infiniment les éditions Autrement, quel que soit le domaine d'ailleurs, aussi bien littérature que société, et là, ce témoignage figure toi que je l'ai offert à nombre de mes amis qui m'ont dit le trouver aussi beau et prenant que les oeuvres de Primo Levi. C'est vrai ce que tu dis: l'homme survit pour témoigner...merci de ta très belle analyse, Madame la Lectrice!

Marianne 18/01/2008 19:58

Merci à toi de témoigner auprès de nous de ton attachement à la lecture et de contribuer à la répandre autour de toi !   :-)
Pour ma part, je remercie Laurence, une des mes libraires-formatrices, d'avoir porté ce livre à ma connaissance.