Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 21:29

Extrait de lecture : "Train de nuit pour Lisbonne - Pascal MERCIER - Maren Sell Editeurs"

"Paroles en silence :

Quand je lis un journal, écoute la radio ou prête attention, dans un café, à ce que disent les gens, je ressens de plus en plus souvent de la satiété, voire de l'écoeurement, parce que l'on écrit ou prononce toujours les mêmes mots - toujours les mêmes tournures, formules ou métaphores. Et le pire, c'est quand je m'écoute moi-même et constate que moi aussi, je dis toujours les éternelles mêmes choses. Elles sont si terriblement usées et défraîchies, ces paroles, détériorées par des millions d'usages. Ont-elles même encore une signification ?... Ces paroles sont-elles encore l'expression de pensées ? Ou seulement des formations sonores efficaces qui poussent les hommes de ci de là ? Il m'arrive alors d'aller à la plage et de rester la tête haut dressée dans le vent : puisse son souffle emporter hors de moi tous les mots fatigués, toutes les fades habitudes de langage, pour que je revienne l'esprit purifié, purifié des scories du discours toujours semblable. Mais à la première occasion où je dois m'exprimer, tout est comme auparavant. Je dois faire quelque chose et je dois le faire avec des mots. Mais quoi ? Mais qu'est-ce alors que je voudrais ?... Je voudrais assembler à neuf les mots... comparables à un poème tissé par un orfèvre des mots".

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans mes lectures
commenter cet article

commentaires

sybilline 06/09/2008 10:52

Merci de m'avoir signalé cet extrait superbe et tellement parlant que je n'avais pas encore vu!Celui (ou celle) qui peut pénétrer dans le grouillement confus de nos pensées subtiles pour saisir l'une d'elles dans le filet de ses mots, celui-là, l'artiste, le créateur, nous rend à cette langue du Paradis et à notre nature spiriuelle

07/09/2008 10:08


Bonjour Sybilline

Je tripe devant cette phrase que tu viens de nous offrir ! Elle me parle.


Florinette 15/12/2007 18:50

Magnifique extrait, j'aime beaucoup cette philosophie et j'ai hâte de me procurer ce livre !!
Bonne soirée Marianne !

Marianne 16/12/2007 14:10

Ce paragraphe précisément m'a fortement interpellée. Il exprime un fort questionnement et peut autant s'appliquer à l'écrivant qu'au créateur ou à l'homme de tous les jours.
C'est ce vers quoi je tends et qui est parfois si difficile à établir : exprimer ses pensées propres.
C'est un livre saisissant.

Viviane 14/12/2007 11:27

C'est beau et profond ce qui est écrit là, c'est une chose que j'éprouve souvent, la fatigue des mots, leur besoin de repos, de se reourcer aux origines, peut-être quand leurs sons et leur sens collaient aux objets que découvrait la pensée humaine, l'émerveillement que ce dut être pour les premiers hommes du premier langage...

Marianne 15/12/2007 14:29

Toi la créatrice, l'assembleuse de mots, je comprends parfaitement ce sentiment que tu décris. Cette fatigue des mots, comme tu l'écris si joliment. C'est à quoi je pensais, entre autres, l'autre jour en te parlant de laisser l'eau remonter dans le puits (cette n'expression ne vient pas de moi. Je l'ai empruntée à quelqu'un qui l'utilisait avant moi, qui l'a probablement aussi relevé d'un tiers).
J'aime cette idée que tu soulèves de l'émerveillement des premiers hommes face au langage naissant.
Parfois, je me demande ce qu'on peut encore créer de nouveau. Si tout n'a pas déjà été dit.
J'ai voulu laisser cette citation de Pascal MERCIER sur mon blog (en espérant qu'elle y restera puisque bientôt Over Blog me basculera d'office en V2 et j'espère que toutes les parutions resteront en place !) car elle correspond exactement à ce qui me traverse actuellement. J'ai si souvent l'impression qu'on oublie de faire son propre cheminement de pensée. Il me semble que la création permet ce cheminement. Même si ces mots sont si vieux, si peu suffisants pour exprimer toute la profondeur de ce qui traverse - souvent de manière fulgurante - l'esprit ou le coeur d'un homme.