Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 17:19

 

  
  Jules Desbois (1851-1935) - La MisèreLasse de l’amer qui tuméfie,
Qui amoindrit, qui se méfie.
 
Lasse des envers qui verrouillent
Qui renversent, qui vert de trouille…
 
Lasse des idées terre-à-terre, milliardaires mercenaires,
Experts aux faux airs, arbitraires, totalitaires,
Locataires de la terre au loyal modéré,
Gaspillant, piétinant, terrorisant les prés effarés.
 
 
Lasse des misères qui « misérabilisent », relativisent,
Minorent, minimisent, miniaturisent, globe-balisent…
La noble mission de la vie qui éclôt
D’une minuscule cellule née dans l’eau !
 
-----
 
Inspiré par l’expression :
« Las de l’amer repos » (appliqué à Stéphane MALLARME)
par Hubert HADDAD,
dans « Le nouveau magasin d’écriture » (Zulma)
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans entremotsetvous
commenter cet article

commentaires

Viviane 25/10/2007 10:10

Comme je partage ta lassitudeet la comprendsla Merla Mèrene nous évite plus l'Amerl'Âme errej'aime les questions que tu poses, sans doute sommes nous un peu mal du fait de la saisonou est-ce ce monde qui débloque?

Marianne 25/10/2007 12:47

Sans doute inter-agissons nous beaucoup les uns sur les autres. En ce moment, un certain spleen tourne sur la planète. La saison prête à la nostalgie par ailleurs.
Ce n'est que passager.
Il est bon de laisser errer l'âme pour se laisser le temps du recul, de la pause, de la contemplation.
Bise

Olivier Goujon 24/10/2007 22:20

"Comme le train du monde me semble lassant, insipide, banal et stérile !" William Shakespeare (Extrait de Hamlet)L'un de tes amis, ce William ?Chassons vite ce spleen passager Marianne !

Marianne 25/10/2007 11:12

Grand homme, Shakespeare ! Je n'oserai pas me prétendre son amie !
Un vrai rythme poétique dans cette seule citation. On croirait entendre un long soupir !
Tiens, je vais aller te rendre visite sur ton site !
A tout de suite !