Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 15:27

Ni d'Eve ni d'Adam - Amélie NOTHOMB - ALBIN MICHEL - Roman - 245 p

4e de couverture :  « Stupeur et tremblements pourrait donner l’impression qu’au Japon, à l’âge adulte, j’ai seulement été la plus désastreuse des employés. Ni d’Ève ni d’Adam révélera qu’à la même époque et dans le même lieu, j’ai aussi été la fiancée d’un Tokyoïte très singulier. » Amélie Nothomb.

Mon appréciation : à l'occasion d'un voyage promotionnel au Japon, Amélie NOTHOMB serre à nouveau dans ses bras, le fiancé - entre temps marié avec une Française - qu'elle a abandonné sans mot d'explication 7 ans auparavant, tranchant ainsi entre une vie rangée et toute tracée d'épouse de Rinri, jeune Japonais à l'avenir pré-dessiné et son installation en Occident où elle débutera l'écriture de son premier roman "Hygiène de l'Assassin". Dans cette étreinte, qu'elle dépeint comme "L'Etreinte du Samouraï", sans besoin de mots, l'émotion est puissante et dans la tête de chacun bien des choses s'éclairent. A travers ce roman, Amélie retrace sa rencontre avec Rinri, les jours passés près de lui, leur histoire singulière, ses moments d'exaltation principalement initiés par les paysages à couper le souffle (l'ascension du Mont Fudji au cours de laquelle elle se compare à Zarathoustra, ainsi qu'un égarement ultérieur dans les montagnes enneigées ayant failli lui coûter la vie) et ses étonnements face à la société japonaise. Son style primesautier, son humour, sa fraîcheur, font plaisir à lire. L'étreinte finale est un grand moment d'émotion.

Citations :

- rupture :  "dire à quelqu'un que c'est terminé, c'est laid et faux. Ce n'est jamais terminé. Même quand on ne pense plus à quelqu'un, comment douter de sa présence en soi ? Un être qui a compté compte toujours".

- fuite : "la fuite donne la plus formidable sensation de liberté qui se puisse éprouver. On se sent plus libre en fuyant que si l'on n'a rien à fuir. On devrait toujours avoir quelque chose à fuir, pour cultiver en soi cette possibilité merveilleuse. D'ailleurs, on a toujours quelque chose à fuir. Ne serait-ce que soi-même. La bonne nouvelle, c'est que l'on peut échapper à soi-même. Ce que l'on fuit de soi, c'est la petite prison que la sédentarité installe n'importe où... Le seul déshonneur c'est de ne pas être libre."

Pour lire un extrait : http://www.albin-michel.fr/pages/news/recherche/index_home.php?mot=nothomb

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Viviane 25/10/2007 10:15

je n'ai jamais lu Nothomb, mon mari et nos filles sont fans.Encore une fois tu nous conduit vers les traces d'un livre, mais comment trouves tu le temps de lire tout cela? J'admire en outre la qualité de tes critiques, elles ne parlent pas que de l'histoire mais de l'âme de l'auteur et cela... c'est inépuisable;

Marianne 25/10/2007 12:42

Un livre s'inscrit dans un processus de création qui contient toute une alchimie dont l'âme est le ciment. On écrit avec ce que l'on porte au fond de soi, avec ce qu'on découvre au fil de l'eau dans ce mystérieux et solitaire geste d'écriture.  :-)
 

Florinette 20/10/2007 18:29

De Nothomb je n'ai pas lu grand chose, pour tout dire je me suis arrêtée à "Stupeurs et tremblements", car après, le matraquage publicitaire autour de ses précédents romans m'a découragée, mais celui-ci me tente vraiment !!

Marianne 21/10/2007 12:04

Tout comme toi, j'avais lu "Stupeur et tremblements" jusque-là.  "Ni d'Eve ni d'Adam" fait apparaître une autre facette de l'écrivaine. J'ai bien apprécié son humour et sa spontanéité.