Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 21:58
 
 
 
C’était il y a longtemps…
Les hommes marchaient loin…
De terre en terre avec leurs enfants.
Ils faisaient chanter leur pain
Sous des tisons chaleureux
Et ça rendait leur visage heureux.
Tous les endroits du monde
Leur appartenaient…
Aucune frontière à la ronde,
Sinon parfois les flots d’un fleuve enragé.
L’étranger qui s’arrêtait
Était un grand invité…
L’hiver on se tenait chaud,
L’été on fabriquait des radeaux.
On ne prenait au sol que ce qu’il fallait,
La juste ration pour subsister…
C’était il y a longtemps…
Les hommes marchaient loin…
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans Ma poésie
commenter cet article

commentaires

Olivier Goujon 03/10/2007 09:19

Même si je n\\\'ai pas un "coeur de pierre", il a été étrangement calme et serein. Prêt. Nulle appréhension, nul stress... juste le plaisir ! Celui de rencontrer, de discuter, de partager. Il n\\\'y a pas eu la grande foule car c\\\'est une toute petite librairie spécialisée dans le développement personnel et l\\\'ésotérique. Qui plus est, cela s\\\'est déroulé de 17h à 19h un samedi : créneau horaire délicat ! Une quinzaine de dédicaces en deux heures. Mais des conversations vraies, authentiques, profondes et vraiment très "humaines" ! J\\\'ai eu le plaisir d\\\'apprendre qu\\\'une cliente assidue et très "exigeante" (dans le bon sens du terme) avait littéralement adoré "Harribitxi" et allait le conseiller tout autour d\\\'elle. Des graines d\\\'éveil... des graines d\\\'éveil... Je regrette simplement de ne pas avoir eu le temps matériel d\\\'aller assister à la séance de dédicaces de Richard Andrieux. Le petit "José" m\\\'a l\\\'air bien né !

Marianne 03/10/2007 22:11

Ravie, Olivier, de ce retour positif et encourageant. Une première dont vous vous souviendrez longtemps, c'est certain. ;-)

Olivier Goujon 30/09/2007 15:50

"Les hommes marchaient loin..."Aujourd'hui les hommes courent nulle part...Nos itinéraires valent-ils "plus" que ceux de nos ancêtres soit-disant primitifs ?Se détacher de la nature est une erreur, détruire la nature est une horreur totale.

Marianne 02/10/2007 21:55

Ah, je reconnais bien le message délivré dans votre livre, Harribitxi !  Alors, cette première séance de signature ? Le coeur a-t-il battu très fort ?

Viviane 29/09/2007 09:58

Ce que tu écris là et le paysage si bien choisicela me fait penser (mais bien sûr dans un poème, nous lisons tous ce que nous sommes)à l'errance des Indiens d'Amérique du Nord, si respectueux des saisonssi respectueux des bêtes tuées auprès desquelles ils s'excusaient lorsqu'ils leur portaient le coup fatalcela me fait penser au cercledes hommesdisparus...

Marianne 02/10/2007 21:59

En effet, on peut penser à ces peuplades. Ou à celles de la Mongolie. A toutes celles des pays de glace.
Es-tu une descendante des tribus indiennes ?
Je trouve émouvant de lire tes lignes quant à l'excuse apportée à la bête sacrifiée à la faim.