Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 14:13

RENTREE LITTERAIRE 2007 - L'amour avant que j'oublie - Lyonel TROUILLOT - ACTES SUD - Roman - 160 pages

4ème de couverture: " Submergé par le désir soudain de s'adresser à une inconnue aperçue dans l'assistance d'un colloque auquel il participe, un écrivain affronte la difficulté de faire, à bientôt cinquante ans, ses premiers pas sur les territoires du discours amoureux... Faute d'un "savoir-dire", il se résout à faire par écrit à la jeune femme une déclaration en forme de récit : celui de l'expérience fondatrice qu'il vécut, à vingt ans, dans le commerce de trois "Aînés" : "l'Historien", "l'Etranger" et Raoul.
Tous les soirs, sous le grand arbre d'une cour de Port-au-Prince, entre café et rhum, ces trois réfugiés de la vie se métamorphosaient en conteurs des grands chemins pour réinventer le roman de leurs vies. Et lui, le -plus jeune, que, pour moquer son innocence, les Aînés appelaient "l'Ecrivain", observait, fasciné, la manière dont ces perdants magnifiques, amants menteurs et authentiques hommes blessés, s'arrangeaient, entre affabulation et mémoire, pour poursuivre leurs rêves ou en faire le deuil...
A travers ces personnages inoubliables qui firent concevoir à "l'Ecrivain" le soupçon que l'amour, s'il existe, n'a peut-être que faire du langage, Lyonel Trouillot se livre à une bouleversante méditation sur la nécessité de réconcilier le temps réel de nos vies avec les mots qui s'efforcent de dire les mille images où s'abritent nos déchirures et nos rêves secrets. Et c'est ainsi, en écrivain en pleine possession de son art, qu'il dévoile la nature intime et profonde du rapport singulier qu'il entretient avec la fiction"

Mon appréciation : qu'ils sont remarquables, tous ces personnages dont "L'Ecrivain" cinquantenaire rapporte ici l'histoire en guise de lettre d'amour au lieu d'avouer directement ses propres sentiments à la femme dont il tombe amoureux lors d'un colloque, reportant l'audace de l'aborder franchement !  S'il n'ose pas dévoiler l'émotion que cette femme convoque en lui, du moins apprendra-t-elle à travers cette longue lettre écrite comme un hommage, par quel chemin et grâce à qui l'homme de plume - aujourd'hui reconnu - est né. Les trois "Aînés" - ainsi qu'il surnomme L'Etranger, L'Historien et Raoul - m'ont parfois rappelé les 3 comparses présentés par Laurent GAUDE dans "La nuit Mozambique". Tellement émouvants dans leurs rencontres, leurs rares initiatives, leurs affabulations, tout comme dans leurs fuites !

En-dehors de l'histoire en elle-même, Lyonel TROUILLOT offre probablement dans ce livre sa vision de l'écriture : "Ecrire... c'est la proposition d'une présence différée..."

J'en profite pour vous remercier de votre présence à vous, différée puisque votre passage sur ce blog vient après mes publications, fidèle et apporteuse de ce bonheur motivant d'être suivie !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Russalka 22/08/2007 11:44

Voici encore un livre qui va me rejoindred'abord parce que cette édition est un gage de qualitéensuite parce que cette histoire me parle d'embléevous avez l'art de faire aimer le livre avant même sa présence...

Marianne 23/08/2007 22:17

Quand vous l'aurez lu, j'aurai plaisir à connaître vos appréciations à vous !  ;-)