Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 16:01

 

RENTREE LITTERAIRE - Le canapé rouge - Michèle LESBRE - Sabine WESPIESER Editeur - Roman - 149 p - Parution Août 2007

Présentation de l’éditrice : « Parce qu’elle était sans nouvelles de Gyl, qu’elle avait naguère aimé, la narratrice est partie sur ses traces. Dans le transsibérien qui la conduit à Irkoutsk, Anne s’interroge sur cet homme qui, plutôt que de renoncer aux utopies auxquelles ils avaient cru, tente de construire sur les bords du Baïkal un nouveau monde idéal.
À la faveur des rencontres dans le train et sur les quais, des paysages qui défilent et aussi de ses lectures, elle laisse vagabonder ses pensées, qui la renvoient sans cesse à la vieille dame qu’elle a laissée à Paris. Clémence Barrot doit l’attendre sur son canapé rouge, au fond de l’appartement d’où elle ne sort plus guère. Elle brûle sans doute de connaître la suite des aventures d’Olympe de Gouges, auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, de Marion du Faouët qui, à la tête de sa troupe de brigands, redistribuait aux miséreux le fruit de ses rapines, et surtout de Milena Jesenská qui avait traversé la Moldau à la nage pour ne pas laisser attendre son amant. Autour du destin de ces femmes libres, courageuses et rebelles, dont Anne lisait la vie à l’ancienne modiste, une belle complicité s’est tissée, faite de confidences et de souvenirs partagés. À mesure que se poursuit le voyage, les retrouvailles avec Gyl perdent de leur importance. Arrivée à son village, Anne ne cherchera même pas à le rencontrer…
Dans le miroir que lui tend de son canapé rouge Clémence, l’éternelle amoureuse, elle a trouvé ce qui l’a entraînée si loin : les raisons de continuer, malgré les amours perdues, les révolutions ratées et le temps qui a passé.
Le dixième livre de Michèle Lesbre est un roman lumineux sur le désir, un de ces textes dont les échos résonnent longtemps après que la lecture en est achevée. »
Mon appréciation personnelle : par son écriture habilement évocatrice, Michèle LESBRE installe peu à peu une véritable ambiance. Une douce léthargie s’empare du lecteur à la faveur de ce voyage – mêlant souvenirs et résonances, intériorité et prises de conscience, visages et sentiments nouveaux, rencontres passées, résurgence d’instants privilégiés, nostalgie et espérance… – à travers les mélancoliques paysages russes. Entre rêveries et réalité, dans le lent bercement d’un train sachant où il va, l’auteure développe une belle et touchante histoire se prolongeant et vous imprègnant longtemps encore après la fermeture du livre, à l’image de celles qu’affectionnait tant Clémence et qu’Anne prenait plaisir à lui raconter dans une affection chaque jour grandissante.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

natlac 31/08/2007 10:22

Si vous souhaitez rencontrer Michèle Lesbre, elle lira des extraits de son roman à la librairie Le Comptoir des mots, 239, rue des Pyrénées, 75020 Paris, M°Gambetta, le vendredi 15 septembre à 20h. La rencontre se terminera par une discussion autour d'un verre.

Marianne 22/09/2007 12:07

J'aimerai la rencontrer en effet un jour pour lui dire mon appréciation de son style littéraire. Je défends avec conviction son livre parmi ceux de la rentrée littéraire 2007.