Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 19:27

(http://photoplap.over-blog.com)

 

Quand se rouvrent les fêlures,
Les jours de solitude
Reprennent leurs habitudes.
Alors, on ferme ses voilures,
On flotte sur ces mers
Qui nous bercent si mal.
 
Quand des brumes trop épaisses
Entourent de grands flous
Les signaux qu’on déclenche,
Alors, les épaves qu’on renfloue
Nous rendent moins étanches
Et nos horizons disparaissent.
 
REFRAIN :
Les fêlures qu’on censure
Nous sautent à la figure
A la moindre cassure !
Les fêlures naviguent dans nos âmes
Et nous renvoient vers nos drames
A la moindre fissure !
 
Mais elles font tant partie de nous
Elles nous laissent moins sûrs
Et nous rendent moins durs.
En fermant ses blessures,
On en apprend beaucoup
Et on prend de l’allure !
 
REFRAIN 
 
Quand se rouvrent les fêlures,
Les jours de solitude
Reprennent leurs habitudes.
Alors, on ferme ses voilures,
On flotte sur ces mers
Qui nous bercent si mal.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gérard Méry 29/05/2007 09:44

bonjour,  J 'ai découvert votre massage seulement maintenant, vous avez bien fait de prendre cette photo, illustrant un si beau texte je ne peux qu'adhérer à l'initiative, j'ai pris du plaisir à vous lire. je vous souhaite une bonne journée et si l'occasion se représente .....G. Méry

Marianne 29/05/2007 11:49

Merci de votre visite et pour votre aimable autorisation ! Au plaisir !

Viviane 27/05/2007 15:41

Elle est très belle ta chanson, elle me rappelle une phrase de Nietzsche " Ce qui ne me tue pas me rend plus fort". Elle est belle et vraie, nos forces ce sont souvent nos fragilités, celles qui nous rapprochent des autres...

Marianne 29/05/2007 12:02

Cette citation correspond bien à l'esprit de mon texte, en effet. C'est aussi mon sentiment, que les fragilités rapprochent les êtres. Quand on regarde bien comment naît la fraternité, c'est bien souvent dans le partage des fragilités qu'elle prend racine.