Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 16:13

Chaleur du sang - Irène NEMIROVSKY - Editions DENOEL - Roman - 155 pages

Note de l'éditeur : "Après l’incroyable histoire du manuscrit de Suite française, un nouveau roman d’Irène Némirovsky, complet et totalement inédit, refait surface près de soixante-dix ans après son écriture.
Dans Chaleur du sang, tout est en place pour le drame de Suite française : il s’agit vraiment de « Dolce avant Dolce ». Une œuvre visionnaire et désenchantée.

Dans un hameau du centre de la France, au début des années 30, un vieil homme se souvient. Après avoir beaucoup voyagé dans sa jeunesse, Silvio, le narrateur, revient dans sa région natale finir sa vie. Pauvre et solitaire, il se tient volontiers à l’écart, indifférent aux riches familles qui se partagent depuis toujours terres et propriétés de la région. Il n’en observe pas moins la comédie humaine des campagnes, du cours impassible des vies paysannes brusquement secoué par la mort et les passions amoureuses.
Un soir, ses cousins François et Hélène Érard viennent lui présenter leur futur gendre : le timide et falot Jean Dorin, minotier de son état, qui s’apprête à épouser leur fille, Colette. Ce soir-là chez Silvio, pressés de questions par leur fille, François et Hélène évoquent la genèse de leur couple : leur fugitive et chaste rencontre trente ans plus tôt, suivie du départ à l’étranger de François et du premier mariage d’Hélène avec un paysan vieux et opulent, puis, quelques années plus tard, le veuvage d’Hélène et les retrouvailles avec son amour de jeunesse François Érard.
Après le mariage, Jean et Colette Dorin s’installent au Moulin-Neuf, grande maison isolée dont Jean a hérité. Quelques mois plus tard, c’est le drame. La mort par noyade de Jean vient détruire la fausse quiétude de ce milieu provincial. Un témoin finit par révéler que c’est au cours d’une rixe avec un autre homme que Jean est tombé dans la rivière qui longe le Moulin-Neuf… L’un après l’autre, tous les lourds secrets qui unissent malgré eux les protagonistes de cette intrigue vont resurgir dans le récit de Silvio, jusqu’à une ultime et troublante révélation…

Quel chemin rectiligne suivraient nos vies, si nous n’étions aussi gouvernés par nos démons ? Situé dans le village même où Irène Némirovsky écrira Suite française, mais entrepris dès 1937, ce drame familial, conduit comme une enquête policière, observe les turbulences que l’instinct de jeunesse exerce sur la destinée. La vie, comme le fer, ne se forge que rougie à la « chaleur du sang »…"

Mon appréciation :  secrets de famille et amours dissimulés, temps qui s'enfuit comme les saisons qui s'enchaînent invariablement dans ce village où chacun se méfie du voisin, vies qui se séparent ou qui se brisent, révélations, craintes, sournoiseries, sourde vie des sens grondant sous le paraître... Et ce bon vieux Sylvio, au fil de ses confidences, évoquant ses souvenirs, son histoire ainsi que celle de son entourage. Tous les ingrédients d'un roman à la fois de la terre et du coeur.

D'origine juive ukrainienne, Irène NEMIROVSKY, née en 1903 à KIEV a connu le succès dès son premier roman, David Golder (1929), puis avec Le Bal (1930). Après l'exode, elle s'est réfugiée dans un village du Morvan avant d'être arrêtée par les gendarmes français puis assassinée à Auschwitz (été 1942). Son dernier roman, Suite française, avait obtenu le prix Renaudot en 2004.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans mes lectures
commenter cet article

commentaires