Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 20:05

Ce texte de chanson composé le 26/04/2003 a une histoire très particulière pour moi.

J'avais une amie, prénommée Suzie. Elle aimait l'amitié, la nature, la poésie, la simplicité des choses et avait un grand coeur. Nous philosophions souvent sur la vie. Jamais je ne lui avais fait lire mes écrits. Ce n'est que lorsqu'elle se sut incurable, que je lui fis parvenir, à sa demande, quelques-uns de mes textes. Je pense encore à elle quelquefois et à toutes ces choses que nous avions pu nous confier.

Quelques mois plus tard, son compagnon, Guy, ami intime de notre famille, à son tour tomba gravement malade. Il ne m'en avait jamais rien dit, mais préparant ses propres obsèques en présence de sa soeur, il fit à celle-ci une demande spéciale...

Ce fut dans une église, tous réunis autour de son cercueil pour un dernier adieu, que j'entendis résonner avec surprise dans la bouche de la soeur de Guy, les mots.du refrain de ce texte de chanson que j'avais écrit, jamais mis en musique, mais le silence de cette église fit un écho magnifique et bouleversant à ces rimes... .

Embarqué(e) sur cette galère

Dont je n’ai même pas les rames,

J’ai souvent manqué d’air

Et pourfendu les lames.

J’ai couru dans le vent,

J’ai glissé dans le temps

Lancé tant de paris espiègles

Et défié tant de règles.

 REFRAIN :

 

Mais c’est dans ton sillage,

Au trouble de tes rivages,

Que s’est révélé

Le plus beau de tous les messages.

C’est toi qui m’as dévoilé

Qu’il n’y a pas plus grand mystère

Sur cette terre

Qu’un autre être humain

A qui tendre la main.

 

 

 

 

 

 

 

Au refuge fort de ton corps,

Aux courbes que j’adore,

Aux appels de ton cœur,

Aux cris de ta douceur,

Aux abords de tes îles,

Jour après jour, si facile,

Ton amour se faufile, oui je l’attends,

Il me touche et me surprend.

 

 

 

REFRAIN :

Mais c’est dans ton sillage

Au trouble de tes rivages

Que s’est révélé

 

 

 

Le plus beau de tous les messages

C’est toi qui m’as dévoilé

Qu’il n’y a pas plus grand mystère

Sur cette terre

Qu’un autre être humain

 

 

 

 

A qui tendre la main.

Je leur envoie de douces pensées ce soir à tous deux par ce clin d'oeil. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans Ma poésie
commenter cet article

commentaires