Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 14:34

La Voix - Arnaldur INDRIDASON - Polar - Traduit de l'Islandais par Eric BOURY - E° Anne-Marie METAILIE - 330 p

Présentation de l'éditeur ;

Le père Noël  a été assassiné juste avant le goûter d'enfants organisé par le directeur de l'hôtel de luxe envahi par les touristes, alors s'il vous plaît, commissaire, pas de vagues. C'est mal connaître le commissaire Erlendur. Déprimé par les interminables fêtes de fin d'année, il s'installe à l'hôtel et mène son enquête à sa manière rude et chaotique. Les visites de sa fille, toujours tentée par la drogue, ses mauvaises fréquentations, permettent au commissaire de progresser dans  sa connaissance de la prostitution de luxe, et surtout il y a cette jolie laborantine tellement troublante qu'Erlendur lui raconte ses secrets.

Le Père Noël était portier et occupait une petie chambre dans les sous-sols depuis vingt ans, peu avant on lui avait signifié son renvoi. Mais il n'avait pas toujours été un vieil homme, il avait été Gulli, un jeune chanteur prodige, une voix exceptionnelle, un ange. Les 45 tours enregistrés par le jeune garçon, cette voix venue d'un autre monde, ouvrent la porte à des émotions et des souvenirs, à des spéculations de collectionneurs, à la découverte des relations difficiles et cruelles entre les pères et les fils.

Un roman dense et fort qui émeut profondément.

Mon avis personnel : un excellent polar, palpitant, bien construit, qui nous emmène dans l'univers des collectionneurs, échafaude une histoire originale, présente des personnages à diverses facettes, porteurs de douleurs et de désillusions. De la première page à la dernière, en énonçant ses hypothèses, on n'a de cesse que d'avoir démasqué le meurtrier du Père Noël !

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans mes lectures
commenter cet article

commentaires

dasola 26/04/2008 17:09

3ème roman que je lis de cet auteur. Le personnage d'Erlandur est attachant. La voix est un bon polar mais je vous conseille le premier et le deuxième La cité des jarres et la femme en vert si vous ne les avez pas lus. 

27/04/2008 15:00



Merci de ton commentaire, Dasola.
Habituellement, le policier n'est pas ma prédilection, mais je me suis laissée surprendre par cet auteur. Ceux de mes amis lecteurs qui l'ont lu, m'ont conseillé eux aussi ces deux mêmes titres
que tu me suggères toi-même.
Tout comme toi, j'ai trouvé attachant ce personnage d'Erlendur.   :-)
Bon dimanche.