Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 17:10

La Cité des hérétiques - Federico ANDAHAZI - Roman - Ed° Héloïse d'Ormesson - 272 pages (traduit de l'espagnol (Argentine) par Isabelle Taudière

Note de l'éditrice

En 1350, dans la France médiévale, Geoffroy de Charny, chevalier corrompu, use de son intelligence maléfique pour ourdir une mystification qui lui assurera la gloire et le pouvoir. Pour ce faire, il prétend être en possession d’un saint suaire (faux, bien sûr), une relique, autour de laquelle il bâtit une église, la collégiale de Lirey, qui lui apportera la fortune.
Entre temps, sa fille, la belle Christine,  vit une histoire d’amour clandestine et tourmentée avec un jeune moine. Contrecarrant les projets de son père et dénonçant la vie licencieuse des couvents, Christine initie une réforme religieuse. Les amants finissent par s’enfuir en Espagne et créent une ville aussi parfaite qu’éphémère dans laquelle la liberté, le sexe et l’amour prospèrent.


Mon appréciation personnelle : le suaire de Turin... Ceci vous dit quelque chose ? C'est de son histoire que l'auteur s'inspire, dressant des parallèles audacieux avec la bible, décrivant des scènes lubriques et voluptueuses (attention certains esprits sensibles pourront être choqués) dans l'ombre des cellules des abbayes, développant un scénario souvent exagéré mais qui reste toutefois crédible, une pensée fantaisiste parfois idéaliste et une histoire sans ménagement aucun pour ses personnages.

Côté style, on appréciera l'écriture un peu excentrique de cet auteur, psychanalyste de métier, ayant déjà signé plusieurs romans tels que l'Anatomiste (Robert Laffont, 1998), La Villa des mystères (Métailié, 2000), Le secret des Flamands (Nil, 2005).

Partager cet article

Repost 0
Published by Marianne - dans mes lectures
commenter cet article

commentaires

Armel Joubert des Ouches 14/09/2008 11:49

Bonjour Marianne,Comment te portes tu ?Je t'embrasse.Affectueusement.Armel.

14/09/2008 14:49


En voilà une agréable surprise en ce dimanche de recevoir ta visite sur mon blog !
Je vais bien hormis un état semi-grippal. Eh oui déjà !  C'est plate, comme diraient nos amis québécois !
J'ai des pensées pour toi en entendant citer ton nom dans les reportages pour lesquels je dresse toujours un peu plus l'oreile.  :-)
Travailles-tu encore à la musique en plus de tes reportages ?




Armel Joubert des Ouches 18/02/2007 14:07

Chère Marianne, je suis heureux de compter parmi tes visiteurs. Plus de 5000 ! bravo pour ce succès ! Pour ce qui me concerne, mon site est en cours de fabrication, tu le verras... Il sera terminé cette semaine en principe; J'ai conservé quelque-uns de tes textes, il en est que je trouve très beau. Je verrai ce que je ferai ...
Je t'embrasse. Armel

Marianne 19/02/2007 15:56

Wow !  Armel ?  Bonjour !!!  Merci de cette visite et pour ce commentaire. Vrai ? Tu n'as pas jeté les textes aux oubliettes ? J'en ai de la chance ! Je suis allée voir ton site, curieuse comme je suis...  Je suivrai avec grand intérêt son évolution !  Promis !   A tout bientôt.   :-)   Bises aussi.