Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 14:35
A chacun son film - La projection - Virginie MEGGLE - Editions EYROLLES "Les mots de la psychanalyse"

nous connaissons tous le terme "projeter". Au moins par la cinématographie. Ces images dirigées vers un écran...

Comprendre son fonctionnement sur un plan psychologique est plus complexe.

Ce livret de 116 pages se veut un ouvrage de vulgarisation et explique ce mécanisme humain.

Mécanisme de défense, limites, ruses de l'inconscient, projection familiale, sans compter les rêves "royaume de la projection" selon l'auteur et celle qui a lieu dans le cas du transfert en psychanalyse

Pour autant, "il ne faut pas voir des projections partout !" prévient Virginie MEGGLE.
Il faut se méfier des pièges de la projection, apprendre à déceler et à repérer les siennes, comprendre combien ses effets peuvent être révélateurs.


Une bonne manière de se donner des outils dans le développement personnel.

"Les projections mettent en relief la peur de disparaître, d'être effacé ou écrasé, celle de la sensation d'être mis en péril, fragilisé, diminué... et dévoilent notre part d'ombre.
Une fois écartée la peur de ce qu'elles révéleraient, nous nous sentons plus légers. La prise de conscience incite à mieux goûter à la lumière...
"

Je vous invite donc à découvrir vos propres films...


Partager cet article

Repost 0

commentaires