Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 18:52

 

"Pourquoi disiez-vous que la vie et la mort étaient plus imbriquées qu'on ne le pense ?" demanda-t-il après un temps. Le Professore se passa la main sur le visage, sourit avec douceur et répondit : parce que c'est vrai... La société d'aujourd'hui, rationnaliste et sèche ne jure que par l'imperméabilité de toute frontière mais il n'y a rien de plus faux... On n'est pas mort ou vivant. En aucune manière... C'est infiniment plus compliqué. Tout se confond et se superpose... Les Anciens le savaient.... Le monde des vivants et celui des morts se chevauchent. Il existe des ponts, des intersections, des zones troubles... Nous avons simplement désappris à le voir et à le sentir..."

"Tout ce dont ils parlent, c'est une triste succession  de petites craintes et d'habitudes. Plus rien ne bouge en eux. Plus rien qui bouillonne ou remue. Les jours se succèdent les uns aux autres. Il n'y a plus aucune vie dans tout cela. Des ombres, rien que des ombres. La plupart n'avait plus grand chose à dire. Ils se sentaient voûtés par un ennui pesant. Ni désir violent, ni crime, ni bouillonnement intérieur. Juste quelques sales petites turpitudes. Heureusement que le corps vieillit..."

"Au fond, est-qu'un d'entre nous, autour de cette table, est pleinement dans la vie ?"

Laurent GAUDE - La Porte des Enfers - Actes Sud

 

Mon appréciation : d'abord un meurtre, froid, brutal, une véritable vengeance. Un flash-back sur une fusillade dans les rues de Naples qui fait tomber une victime innocente, la plus inacceptable des victimes.

Que s'est-il passé entre ces deux moments ? C'est ce que déroule ce livre.

On compatit à l'effondrement de ce père sombrant dans la culpabilité. On est de tout coeur avec cette mère tellement dévastée qu'elle lance une ultime et déchirante demande, pourtant si totalement improbable...

Laurent GAUDE se fait le guide d'une descente aux enfers très déconcertante.

Un côté sombre, exploité jusqu'au bout.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luna 21/06/2011 11:44



J'ai beaucoup aimé l'univers de ce livre : on s'y croirait vraiment ! Tout droit sorti d'un reportage qui se veux "choc" sur le sud de l'Italie...
Je crois que le pire dans le livre c'est que les personnages sont crédibles et que leur histoire est horrible : le "ça n'arrive qu'aux autres" est assez difficile à dire ici, parce que ce sont
des situations dont on a peur, mais on sait forcément que la mort d'un proche finira par arriver à un moment où à un autre...
C'est vraiment un livre à lire !

Si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...
Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



Marianne 21/06/2011 12:12



Les mois depuis cette lecture ont passé, mais l'univers instauré par l'auteur est si prégnant que le temps n'en altère pas mon souvenir. Ses personnages sont marquants, leur façon de
s'arranger avec leur chagrin, leur quête m'ont fortement touchée.


Merci, Luna pour ce commentaire. Je vais aller te lire à mon tour. J'aime bien découvrir de nouveaux lecteurs.


A bientôt chez toi ou chez moi.  :-)



Maylilou 07/11/2010 17:48



Bonjour, je trouve qu'il ne faut pas seulement voir le côté sombre et triste de ce livre, au contraire, je pense qu'il encourage plus à l'acceptation de la mort, à l'espoir que nos morts
continuent de vivre en nous comme nous continuons de vivre en eux. 


 En tout cas j'ai adoré ce livre, très sincère... 



Marianne 17/11/2010 16:32



Bonjour Maylilou,


C'est bien vrai que nos disparus continuent de vivre en nous.


La représentation de l'enfer dans l'esprit de L. Gaudé fait froid dans le dos, non ?


 



sybilline 30/11/2008 14:46

Jusqu'ici je suis encore dans l'hésitation.. Sommes-nous emportés comme Orphée aux Enfers (ainsi ces ombres dont la citation parle) ou bien s'agit-il de cet Enfer moderne, comme tes derniers mots le suggèrent?

02/12/2008 18:35


ici pas de luttes entre les dieux, mais une descente liée à un deuil, puis à un défi lancé à son conjoint (présent au moment du drame portant sa culpabibilité) par une mère inconsolable :
ramener son fils des enfers. Il le fera !


pom' 30/11/2008 11:53

c'est à ce jour, mon préféré de Gaudé pour le coté fantastique que j'aime bien

30/11/2008 14:14


prégnant n'est-ce pas cet univers dessiné par l'auteur ?


aimela 29/11/2008 13:30

En ce moment, je recherche des livres gais, ce genre de roman même s'il est bien me ferait éffondrer encore plus mon moral en baisse . Merci de l'infortmation, si je change d'avis, je repasserai chercher les informations ; Amitiés

30/11/2008 14:13



Je comprends cela, Aimela. Ce sont des passages d'une étape à une autre que nous traversons au cours desquels nous avons besoin de récupérer de l'énergie.


Je te souhaite de retrouver très vite un meilleur moral.


Bisous