Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'auteure

Rechercher

En France...

 





Poésie, chanson, échanges épistolaires, théâtre, nouvelles, roman.....
L'expression écrite a-t-elle véritablement un sens ? Quelle est sa quête ?
Et la mienne, quelle est-elle, à suivre ainsi ce fil qui se déroule sur la lisière de mes rêves ?
Si je n'ai pas trouvé la réponse ni à la seconde ni à la troisième de ces interrogations, concernant la première, en expérimentant les genres cités, j'ai néanmoins repoussé mes limites, exploré ma liberté, reconnu mes barrières, plongé dans mes propres zones d'ombre, apprivoisé mes doutes, rencontré des visages, aimé des êtres uniques, anticipé sur des événements personnels, bousculé mes préjugés, consolé des chagrins, croisé des personnages pour certains retournés au néant, pour d'autres si fascinants qu'ils manquèrent de m'aveugler au point de déplorer de revenir à la substantielle réalité.

 

Archives

26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 09:21
L"élégance du hérisson - Muriel BARBERY - GALLIMARD - 360 pages



Hérisson

4e de couverture : “Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bougeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’idée que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai.”

Muriel Barbery est née en 1969. L’élégance du hérisson est son deuxième roman. Le précédent, Une gourmandise, est traduit en douze langues.

Mon appréciation :
qu'est-ce qui peut bien faire de ce livre un tel phénomène de vente ? 
Plus de 92 semaines qu'il figure sur les rayons ! Ceci ne pouvait qu'interpeler quelqu'un qui écrit. Plutôt méfiante envers les succès commerciaux, mais néanmoins confiante en un "Prix des Libraires 2007"... c'est sur cette question que j'ai abordé ce titre.
Eh bien, elle m'a conquise Muriel BARBERY !
J'ai ressenti dans ce roman toute une maturité littéraire.
Des réflexions intérieures profondes, une écriture "soyeuse" (
si vous voulez savoir pourquoi ces guillemets, il vous faudra lire le livre !), un ton véritable, des personnages poussés jusqu'à l''extrême dans leur logique, un regard lucide sur la société, de l'intelligence, du vocabulaire, une fraîcheur juvénile, une humanité peu à peu révélée qui emporte l'adhésion de tous, de l'humour (j'en ai pleuré de rire à un certain passage), du recul tout autant que d'implication de la part de l'auteure, une proximité, une identification et une lecture aisées, etc...
En vrac et sans ordre de préférence, mais tel que cela m'est venu, voici mon ressenti.

Alors qu'elle vous explique que les yeux ne savent pas voir, en page suivante, Muriel Barbery vous glisse des "ombres scintillantes" que votre concentration sur l'histoire vous aurait laisser échapper, mais, démonstration de ces yeux qui ne savent pas voir... c'est l'auteure elle-même qui vous demande "comment l'ombre peut-elle scintiller" !  Ah ! oui bonne question ! Et vous entrevoyez-là votre cécité ! "Elle scintille un point c'est tout" vous persuade-t-elle. Et... vous adhérez parce que vous voulez bien que celle-ci vous en conte, vous en mette plein les yeux, de ses lumières qu'elle parsème avec un plaisir infini dans son écriture. Cette auteure-là, c'est sûr, s'amuse en écrivant !!!
J'ai adoré !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dane 02/05/2009 09:27

J'ai bien apprécié ton point de vue sur ce livre.La lecture en deux temps reste porteuse, mais j'ai dû me forcer  pour entrer dans la lecture qui est pour moi trop "prétentieuse" dans ses champs lexicaux thématiques.J'ai beaucoup plus apprécié "La gourmandise" qui est pour moi un livre très savoureux...dans l'écriture.Beau weekend à toi.J'aime bien ton blog.....

03/05/2009 14:26


Bonjour Dane,

A plusieurs reprises déjà, j'ai visité ton univers moi aussi...

Je n'ai pas lu "Une gourmandise". Pas encore...
Il y en a tant que j'aimerai lire, du reste !

Il est vrai qu'il faut un temps d'adaptation pour apprécier le travail de Muriel BARBERY dans "L'Elégance...". C'est une petite gymnastique mais c'est amusant d'entrer tour à tour dans des
personnages aux personnalités assez différentes et de reconstituer peu à peu leurs concordances.


sybilline 30/07/2008 13:50

Merci pour ton commentaire éclairé et éclairant sur mon blog au sujet de ce roman.Entre autres, il a donc le mérite de faire réfléchir...

sybilline 28/07/2008 17:01

J'adhère pleinement au consensus sur l'écriture, remarquable, mais reste réservée sur une certaine tendance à l'intellectualisme des deux femmes, ce qui n'a rien de mal sauf s'il devient motif à mépris, ce qui a, malheureusement lieu...Est-ce suite à la lecture de ce roman que tu t'es lancée dans Anna Karénine? 

28/07/2008 21:34



Ah bon, tu l'as senti comme du mépris ?
Je me suis lancée dans "Anna Karénine" après "La conscience de Zéno". Aucun lien du reste, c'est juste que ce livre fut au programme de ma fille, que je voulais le lire depuis un moment, et que
j'ai attendu qu'elle n'en ait plus besoin en cours pour mettre la main sur le livre, très épais et pour lequel je voulais pouvoir prendre mon temps entièrement, ce en quoi l'été m'était le plus
favorable.   ;-)



calepin 27/06/2008 11:01

Pour le consensus : quelques critiques lui reprochent son approche un peu caricaturale de la "lutte des classes" (une concierge dans un hotel particulier dans un quartier chic de Paris, il pouvait difficilement en être autrement...) et une écriture un peu pompeuse... Personnellement, j'ai beaucoup aimé, notamment pour l'écriture, très agréable comme vous le soulignez.

Marianne 27/06/2008 12:32


Le consensus valait évidemment pour l'appréciation du livre et son écriture.

Pour le contexte, le choix de la fonction de concierge a sans doute mené à l'hôtel particulier (où trouve-t-on des concierges actuellement sinon dans les hôtels particulier... effectivement il ne
pouvait en être autrement).

Merci beaucoup de la visite, Calepin (c'est mignon ce pseudo!)


sybilline 26/06/2008 11:48

Comme toi, je suis extrêment méfiante envers les gros succès de vente, mais ton billet si enthousiaste emporte mes préjugés .  C'est décidé, je le lirai!! 

27/06/2008 09:59



Je lirai avec intérêt tes propres impressions au sujet de ce livre.